Petit joueur

le 05/04/2012 L'AGEFI Hebdo

L’annonce de l’attribution d’un bonus de 16 millions au patron de Publicis a déclenché une tempête médiatique en France. En pleine campagne électorale et de lynchage des hauts revenus, cette communication est tombée particulièrement mal, malgré les justifications de la société (bonus différé sur huit ans, performances remplies). Pourtant, conspué en France, Maurice Levy pourrait être considéré comme un petit joueur en comparaison à d’autres dirigeants à l’étranger. Dans son édition du 30 mars, le Financial Times n’annonçait-il pas que Ray Dalio, le patron du plus grand hedge fund mondial Bridgewater, a empoché personnellement la modique somme de… 3,9 milliards de dollars l’an dernier ? Son fonds, il est vrai, a rapporté 13 milliards de dollars en 2011 à ses investisseurs… Mais à ces niveaux, on a l’impression de jouer au monopoly. Dalio a toutefois promis la moitié de ses biens à des œuvres de charité.

A lire aussi