Parler clair

le 17/10/2013 L'AGEFI Hebdo

Régulièrement, les patrons de PME et leurs conseils déplorent la lourdeur des contraintes associées à une mise en Bourse, par exemple l’obligation d’appliquer les IFRS. Dommage, car les fonds propres sont le problème numéro un de ces entreprises. Mais la solution achoppe notamment sur une définition des PME pouvant bénéficier d’un allègement : la France, qui plaide pour un seuil de 500 millions ou un milliard de capitalisation, n’a pas été entendue et la définition européenne, de 100 millions, fait droit à la demande de plusieurs pays européens dont les entreprises sont essentiellement de petite taille. Une explication rarement donnée et qui pourtant permettrait de faire comprendre l’Europe et la marche des affaires au public. Angela Merkel qui a pris soin d’expliquer la crise grecque aux Allemands a gagné les élections, pendant qu’en France, le syndrome de Brignoles menace...

A lire aussi