Kurt Salmon se voit parmi les dix premiers cabinets mondiaux en 2016

le 05/12/2013 L'AGEFI Hebdo

Le cabinet de conseil en management veut grandir plus vite en France et à l’international, alors que la concurrence s’intensifie dans le secteur.

Kurt Salmon veut encore grandir en France. Sur un marché du conseil devenu plus difficile, le cabinet spécialisé en stratégie et management va y recruter 150 consultants au cours des prochains mois, dont un tiers de jeunes diplômés, un tiers d’expérimentés du conseil et un tiers d’opérationnels issus de l’entreprise. « Nous accélérons nos recrutements, qui avaient nettement ralenti depuis la crise, explique Bernard Desprez, son directeur général France et responsable Europe continentale et Afrique, car nous sentons une amélioration du climat des affaires. » Pour le responsable de ce cabinet très présent auprès des banques et assurances, « les entreprises sont devenues plus exigeantes et sélectives. Ainsi, avec nos recrutements, nous voulons renforcer nos expertises métier, et nos compétences en matière de transformation digitale, sujet clé et d'actualité pour nos clients. »

La concurrence s’est également intensifiée sur le marché du conseil, alors que les « Big Four » s’y développent de plus en plus afin d’offrir une large palette de services aux entreprises, allant de l’audit au conseil. Le rachat récent de Booz & Company par PriceWaterhouse (PwC) illustre cette tendance.

Dans ce contexte, Kurt Salmon mise sur un seul métier, le conseil en stratégie et en management à haute valeur ajoutée, à l’instar de Roland Berger. « Notre ambition est de figurer parmi les trois premiers dans le conseil en management en France, d’ici à 2017 », déclare Bernard Desprez. Kurt Salmon compte aujourd’hui plus de 500 consultants dans l’Hexagone, et y a réalisé un chiffre d’affaires de 127 millions d’euros en 2012.

Issu d’un spin-off de l’activité de conseil de Deloitte France en 2003, alors baptisé Ineum Consulting, le cabinet n’a cessé de grandir depuis, en misant sur le conseil et sur l’international. En 2006, il a été racheté par le cabinet de conseil britannique Management Consulting Group, coté à la Bourse de Londres. Puis, en janvier 2011, Ineum Consulting a fusionné avec le cabinet de conseil américain Kurt Salmon Associates, également détenu par le Management Consulting Group.

Cap sur l'international

Le nouvel ensemble, nommé Kurt Salmon et dirigé par le français Chiheb Mahjoub, se développe désormais dans différents pays. « Nous avons très tôt mis le cap sur l’international où nous réalisons 60 % de notre chiffre d’affaires. Aujourd’hui, notre priorité est d’accélérer notre développement en France, mais aussi à l’international » (lire le tableau), explique Bernard Desprez. En Europe, l’objectif est d’atteindre d’ici à deux ans une taille critique « d’au moins 50 consultants », en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Belgique et en Suisse.

La croissance aux Etats-Unis figure en tête des priorités. Le cabinet y emploie actuellement 400 consultants, répartis dans quatre bureaux, à New-York, Atlanta, San Francisco et Minneapolis. « Cela est encore trop peu face à l’immensité et au dynamisme du marché américain, reconnaît Bernard Desprez. La reprise est là, aux Etats-Unis. Nous voulons nous développer à marche forcée dans ce pays, à coup de recrutements ». Un plan d’une centaine de recrutements est lancé pour 2014. Cette croissance pourrait aussi passer par des acquisitions. Enfin, un renforcement en Asie est également à l’ordre du jour. Le cabinet de conseil qui est implanté au Japon, souhaite s’y agrandir afin d’y compter une cinquantaine de consultants d’ici deux ans.

Course à la taille

Ainsi, « nous sommes obligés de grandir sans cesse afin de suivre nos clients qui s’internationalisent de plus en plus. Cela nous permet de pouvoir répondre à leurs exigences, et d’offrir également des opportunités à l’international à nos consultants », explique le dirigeant. La concurrence croissante des géants du « Big Four » pousse également à cette course à la taille, qui pourrait rebattre les cartes du secteur. Car pour Bernard Desprez, cela ne fait pas de doute, le marché du conseil est en phase de consolidation, sous l’effet de la crise en Europe qui a éreinté nombre de cabinets, de la nécessité croissante de s’internationaliser et des exigences accrues des clients. Dans cet environnement, l’objectif de Kurt Salmon est de figurer parmi les dix premiers cabinets mondiaux de conseil en management d’ici 2016.

A lire aussi