Un groupe de travail œcuménique

le 12/12/2013 L'AGEFI Hebdo

Sous l’impulsion de Robert Ophèle (photo), sous-gouverneur de la Banque de France et de Gérard Soularue, président de la commission Economie et croissance à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, un groupe de place travaille depuis l’été à la rédaction d'un code de bonnes pratiques pour les Euro PP. Tous les organismes professionnels représentant les investisseurs, émetteurs et intermédiaires s’y retrouvent, ainsi que des avocats, Hubert de Vauplane, de Kramer Levin, Marc-Etienne Sebire, de CMS Francis Lefebvre et Hubert du Vignaux, de Gide Loyrette Nouel. Le Trésor est également représenté. Ce qui fait au total pas moins d’une soixantaine de professionnels. Une formation restreinte rassemble une douzaine de spécialistes (Guy Sylvestre de Société Générale, côté banques ; Mathias Boussy de Fédéris et Stéphane Blanchot de BNP Paribas AM, côté investisseurs ; Gilbert Labbé, côté émetteurs).

A côté des euro PP, la Place planche sur les financements à moins d’un an. Une plaquette d’information doit être diffusée sur le site de l’AFTE. « Ce marché est ouvert aux ETI sans qu’elles le sachent forcément, indique Hervé Labbé, responsable de la commission Financements de l’AFTE. Or il offre des financements à moins d’un an à un prix extrêmement attractif. Une entreprise BB+ peut se financer à environ 0,75 %, voire moins, sur une maturité de moins de 3 mois. » Les règles et pratiques de notation court terme qui déterminent la possibilité d’émettre sur ce marché suscitent encore des divergences de vues.

A lire aussi