Gouvernance indigente

le 23/06/2011 L'AGEFI Hebdo

La part d’une bonne gouvernance dans la performance des entreprises n’est pas forcément estimée à sa juste mesure par certains dirigeants, tant leur propension à se focaliser sur leur propre enrichissement paraît une pente naturelle. Les exemples en émaillent l’actualité. Mais l’intérêt de ces questions ne paraît pas non plus imprégner suffisamment la culture du public, si l’on en croit par exemple l’avis des trois médecins commis par la juge des tutelles de Courbevoie pour se prononcer sur l’état de santé de Liliane Bettencourt. Voici des « experts » qui ont conclu à une « altération conjointe des facultés mentales et physiques » de l’héritière de L’Oréal et préconisé une mesure de protection de type curatelle renforcée. Ce qui ne les empêche pas, dans le même avis, de ne voir dans l’état de Liliane Bettencourt aucune raison à ce qu’elle ne continue pas de siéger au conseil d’un groupe valant plus de 50 milliards d’euros...

A lire aussi