Dossier Asie

Les entreprises occidentales tablent sur des marchés actions accueillants

le 07/07/2011 L'AGEFI Hebdo

Certaines introductions en Bourse ont eu des débuts difficiles ou ont été retirées mais les opérations devraient repartir.

Voici quatre années que les Bourses d’Asie-Pacifique enregistrent des volumes d’introductions (IPO) plus élevés que toute autre place dans le monde. Pourtant, les opérations depuis le début de l’année ont enregistré une baisse des collectes de 8 % par rapport à l’an dernier, selon Dealogic. (52 milliards de dollars à fin juin contre 56,5 milliards pour la période correspondante de 2010). De plus, les IPO lancées enregistrent souvent des contre-performances. Sachant que la Chine continentale leur est fermée, les sociétés occidentales regardent avec une attention particulière les performances à Hong Kong, où l’évolution moyenne des cours est négative de 10 % pour 92 % des sociétés introduites, les performances étant mauvaises aussi pour 75 % des sociétés introduites à Singapour. Selon Bloomberg, les investisseurs ont perdu 873 millions de dollars sur les 31 introductions les plus importantes à Hong Kong cette année. Samsonite qui a levé 1,3 milliard de dollars mi-juin a essuyé une baisse du cours dès son premier jour de cotation. De même, en dépit de l'enthousiasme initial des investisseurs, le groupe de luxe italien Prada n’a finalement pas trouvé preneur pour la totalité du placement prévu.

Baisse de régime passager

Mais les professionnels tempèrent le sentiment de déception. Le fait est que le multiple de valorisation pour Prada s’établit tout de même à près de 24 fois le bénéfice pour 2011, soit 3 à 4 points de plus que pour le numéro un mondial du luxe LVMH. « Les niveaux de valorisation sont en adéquation avec la croissance des entreprises dans la zone, les investisseurs ayant, dans le cas de Prada, pleinement valorisé la croissance du groupe tirée par les marchés asiatiques », indique Valéry Barrier, responsable marché primaire actions pour la France chez Deutsche Bank, établissement qui a notamment conseillé Agricultural Bank of China, AIA et de très nombreuses autres sociétés de la région lors de leurs IPO.

Les faibles performances des dernières opérations ne traduirait qu’une baisse de régime passagère. « Les Bourses asiatiques suivent les mêmes tendances que leurs homologues occidentales, les opérations qui tournent court actuellement témoignant d’un environnement de marché plus frileux, compte tenu des incertitudes qui pèsent sur les dettes souveraines et sur l’économie en général, observe Thierry Olive, responsable monde de l'equity capital market chez BNP Paribas. Plusieurs opérations restent en attente d’un meilleur climat, certaines ayant été retirées comme cela s’est vu aussi en Europe. ».

De nombreux projets restent d’actualité, comme celui du maroquinier américain Coach ou du chausseur anglais Jimmy Choo, ou Sun Art Retail (coentreprise entre Auchan et le taiwanais Ruentex). « Les entreprises qui affichent une marque à forte notoriété ou des perspectives d'activité élevée dans la région gardent toutes leurs chances, comme le montre l'exemple de Prada », remarque Thieery Olive. Les émetteurs occidentaux peuvent compter sur des marchés toujours plus accueillants. « Le marché asiatique est désormais plus mature, avec une base d’investisseurs élargie et des règles désormais plus claires et plus propices aux émetteurs et investisseurs étrangers, leur offrant une meilleure protection que par le passé, et des possibilités plus larges, notamment à Hong Kong », constate Valéry Barrier.

L’Asie ne saurait toutefois convenir à tout projet. « L’Asie n’est pas un pôle d’attraction qui éclipse les autres places, souligne Valéry Barrier. Les sociétés y trouvent de bonnes conditions de cotation en fonction de leur histoire propre, de leur développement et de leur intérêt spécifique aux yeux des investisseurs locaux. Quelques sociétés asiatiques choisissent de se coter sur des places étrangères, mieux à même de valoriser certains de leurs fondamentaux, comme le leader chinois de l'internet Renren, qui a réalisé son IPO aux Etats-Unis. »

A lire aussi