Rencontre avec... Denis Beau, directeur général des opérations à la Banque de France et co-président du Comité national Sepa*

« Les entreprises doivent se préparer dès aujourd’hui »

le 11/10/2012 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi les entreprises tardent-elles à adopter le virement et le prélèvement Sepa* ?

Les entreprises françaises n’ont pas encore migré de manière significative vers Sepa par manque d’informations. D’après une enquête récente de la Banque de France, un peu moins de 50 % des entreprises ont une vision précise de ce qu’il faut faire. Les grandes entreprises ont toutefois conscience des échéances et ont prévu de basculer vers Sepa en 2013. A cet égard, la fixation d’une date butoir au 1

erfévrier 2014 est un élément très positif.

Pourquoi ?

Le passage à Sepa est désormais une contrainte réglementaire. Au 1erfévrier 2014 au plus tard, toutes les entreprises devront avoir basculé vers le virement et le prélèvement Sepa, qui remplaceront définitivement leurs équivalents nationaux. Les entreprises qui n’auront pas migré verront leurs moyens de paiement bloqués. Il n’y a pas de dérogation possible par rapport à cette date. Je conseille donc aux entreprises de commencer à se préparer dès aujourd’hui, car il ne leur reste que seize mois pour adopter les nouveaux moyens de paiement. L’année 2013 devra être marquée par une montée en puissance des préparatifs et du basculement vers Sepa.

Pour inciter les entreprises à se préparer, le Comité national Sepa, chargé de mettre en œuvre la migration dans notre pays, vient de lancer un plan de communication sur toute la France. Des réunions afin d’informer les entreprises sont organisées, d’ici à la fin de l’année, dans les grandes villes, avec le soutien de la Banque de France, de la Fédération bancaire française, des Chambres de commerce et d’industrie, de l’Ordre des experts-comptables et des associations professionnelles (AFTE**, CGPME, Medef).

Dans le cadre du Sepa, le TIP*** doit disparaître. Par quoi sera-t-il remplacé ?

Le TIP est considéré comme un produit de niche. Or ces produits peuvent disposer d’une dérogation jusqu’à début 2016, si l’Etat concerné y est favorable. Concernant le TIP, la dérogation sera exercée en France. Des discussions sont actuellement menées au sein du Comité national Sepa pour décider ce qui remplacera le TIP. Différentes options sont examinées, dont le SDD « one-off J-1 » (prélèvement Sepa ponctuel exécuté en un jour), et des solutions basées sur la logique du virement.

*Single Euro Payments Area

**Association française des trésoriers d’entreprise

***Titre interbancaire de paiement

A lire aussi