Un contraste frappant avec les PME

le 14/04/2011 L'AGEFI Hebdo

La crise ayant provoqué en 2009 une perte de 3,7 millions, Valve Précision a vu son découvert être brutalement réduit de 6 à 4 millions d’euros. « Cette décision de notre banque est intervenue au pire moment, malgré un plan à trois ans montrant un redressement, et des prévisions suffisantes de trésorerie hebdomadaires sur 52 semaines, explique Jean-Louis Flamand, alors directeur financier Europe de l’entreprise. Or nous venions de construire en France une usine importante, rassemblant la capacité de production de deux autres sites européens profondément restructurés. J’ai dû me retourner en 60 jours : nous avons réaménagé les délais de paiement inter-compagnies, emprunté auprès d'une autre filiale du groupe et doublé nos encours d’affacturage. En fait, nous avons traversé les difficultés sans l’aide des banques. » Une situation d’autant moins bien comprise par la société qu’elle devenait centre de décision européen, mais peut-être Bâle III y a-t-il eu sa part...

A lire aussi