Conflit d’intérêts

le 31/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Avancées difficiles sur le vote des actionnaires. Ainsi, la plate-forme de vote conçue sous l’égide de l’AFTI (Association française des professionnels des titres), Votaccess, n’a pas pu être prête, comme prévu, pour les AG de ce printemps. Mais avant même son lancement, cet outil suscite les critiques : l’éditeur de logiciels SLIB qui le met au point appartient à deux groupes bancaires de la place, les Banques Populaires et BNP Paribas. Le fait est que le système de vote électronique a été pensé pour être sécurisé via un environnement bancaire, mais un acteur tiers aurait été bienvenu pour garantir la prise en compte des intérêts de toutes les parties prenantes. Certains émetteurs sont un peu méfiants à l’égard des banques et d’un passage obligé par elles pour accéder à leurs actionnaires : il leur en coûte quelque 350.000 euros et plusieurs mois d’attente quand ils se lancent dans une recherche d’actionnaires. Des délais qui seraient causés par les demandes mal formulées des émetteurs, adressées à des services non compétents sur la question, selon l’explication surprenante des banques…

A lire aussi