Accuracy poursuit son essor à l’international

le 09/01/2014 L'AGEFI Hebdo

Présent dans neuf pays, le cabinet souhaite étendre ses implantations à une douzaine, pour ensuite rayonner autour de ces zones.

Au rythme d’une nouvelle implantation par an, Accuracy affiche désormais une présence dans neuf pays et n’entend pas s’arrêter là. « Nous disposons d’une bonne couverture en Europe continentale et souhaitons nous renforcer au cours des prochaines années en dehors de cette zone », annonce Frédéric Duponchel, PDG du cabinet de conseil.

Au Canada, Accuracy, jusqu’alors spécialisé dans l’évaluation de dommages et de fraudes, a élargi ses services au conseil en transactions. Six personnes, dont un associé ayant la double nationalité canadienne et américaine, ont été recrutées fin 2013, portant l’équipe locale à une quinzaine de collaborateurs. « Depuis nos bureaux de Montréal et de Québec, ouverts en 2011, notre objectif est de couvrir l’ensemble de l’Amérique du Nord, développe le président. Le Canada se situe au cœur de notre stratégie de développement. Nous constatons une vraie intensification des relations entre ce pays et l’Europe, avec l’arrivée de fonds de pension canadiens à Londres, qui souhaitent diversifier leurs investissements ».

La capitale britannique constitue d’ailleurs, dès cette année, un axe fort dans les ambitions de croissance du groupe. « Nous comptons nous renforcer significativement à Londres, avec de nouvelles expertises et associés. Le bureau devrait doubler de taille en 2014, pour atteindre quelque 25 collaborateurs », prédit Frédéric Duponchel. Jusqu’à présent dédié outre-Manche au contentieux et à l’arbitrage dans le domaine de la construction, Accuracy prévoit d’étendre cette activité à d’autres services et secteurs. De nouvelles zones suscitent également l’intérêt du cabinet. « Nous étudions des développements à Hong Kong, Singapour ou encore São Paulo. Cela dépendra fortement des équipes que l’on rencontrera, explique le dirigeant. A terme, nous ambitionnons d’être implantés dans une douzaine de pays stratégiques depuis lesquels nous pouvons rayonner », explique le dirigeant.

Une croissance à deux chiffres

L’international est ainsi appelé à représenter une part croissante de l’activité. En 2013, près de 35 % du chiffre d’affaires était déjà réalisé hors de France. « Nous avons connu une belle année, marquée par une activité soutenue dans le conseil aux entreprises en difficulté et dans le contentieux. Notre offre à destination des banques, lancée il y a un peu plus de dix-huit mois, a également été l’un des moteurs de nos résultats », analyse Frédéric Duponchel. Le chiffre d’affaires a crû d’environ 15 %, avoisinant les 50 millions d’euros, répartis entre le conseil en transactions (environ 30 % de l’activité), le contentieux et arbitrage (quelque 30 %), la restructuration d’entreprises (30 %) et l’accompagnement stratégique. « Il se révèle de plus en plus difficile de segmenter les missions par activité, un nombre accru d’opérations nécessitant une combinaison de nos expertises. Ceci est également le cas en termes de segmentation par pays, de plus en plus d’opérations étant transfrontières (20 % en 2013 environ, NDLR) », observe le dirigeant. Ce dernier table sur un exercice 2014 dans la continuité de 2013, avec de « belles opportunités en Espagne où un redémarrage est attendu ». « Nous continuerons à gagner des parts de marché en Allemagne (Accuracy y est présent depuis 2009, NDLR), en Hollande (2007), ainsi qu’en Italie (2008). Nos développements au Royaume-Uni, au Canada et en Inde, où nous continuerons à renforcer nos moyens, devraient contribuer de manière croissante à nos résultats », estime-t-il.

A l’image de l’activité (voir le graphique), les effectifs enregistrent une croissance soutenue. De sept collaborateurs en 2004, partis de chez EY pour créer Accuracy, les équipes comptaient 235 salariés fin 2013, dont 115 basés à Paris. Les recrutements y sont sélectifs. « Nous recevons un grand nombre de candidatures. Sur les personnes sélectionnées pour un premier entretien, nous en retenons environ 5 % à l’issue du processus de recrutement », évalue Frédéric Duponchel.

Car au-delà d’un secteur d’activité recherché, Accuracy dispose d’autres atouts, se classant en 2013 pour la cinquième année consécutive dans le trio de tête du palmarès des « entreprises où il fait bon travailler » en France organisé par l’institut Great Place to Work. « Nous mettons l’accent sur l’implication de nos consultants dans le développement d’Accuracy. Par exemple, tous les deux mois, les collaborateurs échangent sur la stratégie du groupe dans le cadre d’un cocktail dînatoire. Sur un rythme bimensuel, une équipe partage avec les autres collaborateurs son expérience sur une mission récemment réalisée », cite le dirigeant

A lire aussi