Une industrie française à haut rendement

le 18/11/2010 L'AGEFI Hebdo

Le nec plus ultra pourrait être d’investir dans… l’industrie française. La tempête financière qui secoue la planète n’a en effet pas empêché les entreprises de dégager des rentabilités considérables, selon une étude qu’Euler Hermes vient de réaliser d’après les bilans 2008 et 2009, au pic de la crise. Le phénomène se vérifie pour les PME de moins de 10 millions d’euros : si les revenus ont baissé, la rentabilité d’exploitation (résultat sur ventes) atteint en moyenne 3,4 % dans l’industrie française, avec des pointes de rentabilité financière (résultat sur fonds propres) de 12,6 % dans la pharmacie et l’agroalimentaire, de 12,8 % dans la chimie, de 17,8 % dans la construction. Des résultats qui tiennent, toujours selon Euler Hermes, à un ajustement rapide des coûts via un moindre recours à l’intérim. Les différences de rentabilité entre les acteurs financiers et industriels pourraient bientôt faire partie des idées reçues, au risque de faire tomber un argument clé de la négociation commerciale entre les uns et les autres…

A lire aussi