Les cessions d’entreprises ne sont pas forcément liées à l’âge du dirigeant

le 07/06/2017

Selon BPCE L’Observatoire, la cession-transmission concerne peu les dirigeants en fin d’activité professionnelle contrairement à la croyance actuelle. En conséquence, l’arrivée des baby-boomers à l'âge de la retraite n’augmentera pas le nombre des cessions, ni n’accélèrera leur rythme

Télécharger le document

Que ce soit pour les TPE ou pour les PME et ETI, le départ à la retraite des dirigeants a un impact, selon BPCE, très limité sur les cessions d’entreprises. 83 % des TPE et 67 % des PME et ETI sont cédés avant 60 ans. Ainsi, les 75.000 cessions par an concerneraient davantage des jeunes que des dirigeants âgés, « contrairement à l’hypothèse antérieure, implicite mais déterminante, que les cessions s’expliquent par le renouvellement démographique », relève Alain Trourdjman, directeur des études économiques et de la Prospective du groupe BPCE, lors de la conférence de presse du 1er juin 2017, ajoutant ainsi que « le phénomène du vieillissement des dirigeants de PME n’est pas la promesse d’une multiplication des cessions futures, il ne provoque pas non plus une accélération des cessions ». Pour Alain Tourdjman, la transmission de l’entreprise en fin d’activité est « un échec » pour la France.

« Cela s’explique par une politique de soutien à la création d’entreprise qui crée une asymétrie en défaveur de la reprise. En conséquence, on observe une fragmentation du tissu des entreprises qui est loin de favoriser l’émergence des entreprises de taille intermédiaire (ETI) en France », a indiqué Alain Tourdjman. Si la cession n’est pas liée à l’âge du dirigeant, sa probabilité augmente avec la taille de l’entreprise. Sachant que les cessions de PME concernent 1 millions d’emplois, contre 150.000 pour les TPE, « une attention devrait être prioritairement portée sur l’encouragement des cessions de PME », a précisé Alain Tourdjman.

A lire aussi