PME et ETI perdent de leur attrait

le 01/06/2016

La BPCE a publié le 30 mai 2016 sa dernière étude sur les ETI et PME qui reste au cœur de l'activité économique malgré la concurrence de l'entreprise unipersonnelle.

Télécharger le document

Le nombre de PME et d’ETI a tendance à diminuer au profit des entreprises unipersonnelles, souligne BPCE l’Observatoire dans une étude publiée le 30 mai 2016. Intitulée « PME & ETI, repenser la croissance », la quatrième édition de l’étude précise que le nombre de PME n'a augmenté que de 3,7% entre 2013 et 2014. En revanche le nombre d’entreprises unipersonnelles a bondi de 94,8%.

Les entrepreneurs préfèrent aujourd’hui le format de l’entreprise unipersonnelle, indique l’étude. Celle-ci intervient dans une phase quasi-stagnante de la croissance économique dans laquelle les PME et ETI jouent un rôle majeur puisque 35% des salariés travaillent pour une PME ou un ETI.

BPCE l’Observatoire souligne également que les PME et ETI restent des employeurs importants : « au 1er janvier 2014, les 177 766 PME et les 4 982 ETI emploient respectivement 5,2 millions et 3,3 millions de collaborateurs, soit 21,4 % et 13,7 % de l’emploi salarié 3 total en France », précise l’étude de BPCE l'Observatoire.

Par ailleurs, leur contribution à la valeur reste significative : « en 2013, les PME et les ETI auraient produit respectivement 16 % et 14,7 % de la valeur ajoutée (VA) domestique ». L’analyse des caractéristiques des PME et ETI permet donc d’appréhender le potentiel de croissance française.

Le secteur des services et celui de l’industrie affectionnent encore les avantages des PME et ETI. 39 % des sociétés du secteur des services ainsi observées dans le parc des PME et ETI en 2014 n’y figuraient pas en 2008.

A lire aussi