Partenariat

La santé passe à l’ère du Big Data

Edmond de Rothschild
le 11/07/2017

La santé passe à l’ère du Big Data

La révolution du big data transforme en profondeur de nombreux secteurs, à l’image de la santé. Dans ce domaine, les données disponibles devraient être multipliées par 50 d’ici 20201, représentant un potentiel d’innovation sans précédent : identification de facteurs de risque de maladie, aide au diagnostic, au choix et au suivi de  l’efficacité des traitements, pharmacovigilance, épidémiologie… Encore relativement mal organisées ou parcellaires, la marge de progression est considérable, ouvrant la voie à de nouvelles opportunités, selon nous. Grâce au big data, une médecine dite « des 4 P » (Prédictive, Préventive, Personnalisée et Participative) peut aujourd’hui émerger.

Le secteur de la santé recouvre une diversité de domaines d’activité (centres hospitaliers, recherche médicale, diagnostic, etc…). Les segments du diagnostic et de la prescription offrent des perspectives  particulièrement prometteuses, reposant sur l’amélioration de l’efficacité des traitements et la réalisation d’économies considérables pour les systèmes de santé.

Jacques-Aurélien Marcireau

Gérant du fonds Edmond de Rothschild  Fund Big Data 

Une source d'innovation intarissable

Des acteurs de toutes tailles et de tous horizons font preuve d’une forte capacité d’innovation pour se tailler la part du lion. Google, leader incontesté du big data, joue un rôle important. Alphabet, la maison mère du géant californien, déploie des efforts d’investissement importants à travers plusieurs filiales. Ainsi, Verily développe depuis 2014, en collaboration avec Novartis, un projet de lentilles de contact connectées permettant de mesurer le taux de glucose dans les larmes. La filiale travaille également à l’élaboration d’algorithmes destinés à comprendre certaines maladies et de traitements par impulsions électriques. Par ailleurs, elle a noué un partenariat avec Johnson & Johnson dans le domaine de la robotique chirurgicale.

IBM, grâce à son programme d’intelligence artificielle Watson, a pour sa part réussi en 2016 à compléter le diagnostic « humain » d’un patient atteint de cancer et à proposer un traitement plus adéquat. Quant à Illumina, société de biotechnologie américaine spécialisée dans le séquençage du génome humain, elle a pour objectif de proposer des traitements médicaux personnalisés. Classée entreprise la plus « intelligente » du monde en 2014 par le Massachusetts Institute of Technology, elle offre également des solutions de plateformes bio-informatiques permettant d’analyser les informations des génomes humains.

1. Source : Orange  Healthcare

Le Big Data  représente-t-il  un Big Bang pour la santé ?

Absolument ! La santé est l’un des secteurs où le big data génère le plus d’attentes et répond au plus  grand nombre d’enjeux avec  une accélération annoncée et amorcée au fur et à mesure que les règlementations permettent l’expérimentation, que les acteurs s’approprient le big data et acceptent de partager les données. Le big data en santé répond à des enjeux économiques, il en va de  la  survie des  systèmes  de  santé. Il  est aussi porteur d’un fantastique espoir pour les malades et les malades potentiels que  nous sommes notamment en cancérologie où le big data révolutionne la recherche  génétique. Au-delà des données elles-mêmes, ce sont les résultats  qui  importent.  Le  machine  learning et  l’intelligence  artificielle sont indissociables du big data, pour des décisions individuelles et collectives  éclairées.

Sylvie Donnasson-Eudes

Economiste CEO Healthlnnov

Est-ce un virage à ne pas rater pour les entreprises du secteur ?

Toutes les entreprises du secteur ont pleinement conscience du virage à prendre. Assureurs, industriels du médicament, Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon  et Microsoft), chercheurs, tous développent des stratégies et nouent des alliances pour aller plus vite et plus loin. Secteur public et privé doivent collaborer. Les directions de l’innovation sont de plus en plus fréquentes au sein des entreprises de santé et l’absorption, le soutien aux startups qui collectent et traitent  les données, marque le signe d’une forte dynamique. Ces  efforts doivent  se concrétiser.

A lire également:

Juin 2017. Document non contractuel. Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information.

Avertissement : Edmond de Rothschild Fund Big Data est un compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois agréée par la CSSF et autorisé à la commercialisation en France. La gestion financière du compartiment est déléguée à Edmond de Rothschild Asset Management (France) qui agit également en tant que Distributeur global. La société de gestion principale de la SICAV est Edmond de Rothschild Asset Management (Luxembourg). Les investissements réalisés par le compartiment sont soumis aux tendances et fluctuations du marché. Le compartiment ne bénéficie d’aucune garantie ni protection et présente donc un risque de perte en capital. Les informations sur les valeurs ne sauraient être assimilées à une opinion d’Edmond de Rothschild Asset Management (France) sur l’évolution prévisible desdites valeurs et, le cas échéant, sur l’évolution prévisible du prix des instruments financiers qu’elles émettent. Ces informations ne sont pas assimilables à des recomman- dations d’acheter ou de vendre ces valeurs. La composition du portefeuille est susceptible d’évoluer dans le temps. Les données chiffrées, commentaires et analyses figurant dans cette présentation reflètent le sentiment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et de ses filiales sur les marchés, leur évolution, leur réglementation et leur fiscalité, compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour. Ils ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement ou garantie de Edmond de Rothschild Asset Management (France). Tout investisseur potentiel est invité à se rapprocher de son prestataire ou conseiller, afin de se forger sa propre opinion sur les risques inhérents à chaque investissement indépendamment de Edmond de Rothschild Asset Management (France) et sur leur adéquation avec sa situation patrimoniale et personnelle. À cet effet, il devra prendre connaissance des documents d’information clé pour l’investisseur (DICI) de chaque OPCVM remis avant toute souscription et disponibles sur le site www.edram.fr ou gratuitement sur simple demande au siège social de Edmond de Rothschild Asset Management (France) - 47, rue du Faubourg Saint-Honoré 75401 Paris Cedex 08 - Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 11 033 769 euros - Numéro d’agrément AMF GP 04000015 - 332.652.536 R.C.S. Paris.

A lire aussi