Le cours de Renault dévisse après l’ouverture d’une enquête pour tromperie

le 13/01/2017

Le cours de Renault dévisse après l’ouverture d’une enquête pour tromperie

Le parquet de Paris a annoncé vendredi matin l'ouverture d'une information judiciaire contre le constructeur Renault. L'enquête concerne les émissions polluantes de ses véhicules diesels, affirme l'AFP. Le titre du constructeur automobile a brutalement chuté après cette information, perdant plus de 4% peu après 11h, dans un CAC40 en hausse de 0,6%.

Après l'éclatement de l'affaire de trucage des émissions diesel de véhicules Volkswagen, à l'automne 2015, le gouvernement français a confié une enquête à la DGCCRF pour faire la lumière sur les émissions en conditions réelles de conduite de toutes les marques commercialisées dans l’Hexagone. Plusieurs véhicules Renault ont alors été pointés du doigt pour leurs dépassements de NOx lors des tests sur route menés par la commission d’experts indépendants créée en parallèle par la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal. Ceci est lié au choix d'une plage de fonctionnement optimal du système de dépollution plus étroite que chez d'autres constructeurs.

La veille, c'est le constructeur Fiat Chrysler qui faisait l'objet de craintes très fortes à la Bourse de Milan, l'agence de protection de l'environnement américaine l'accusant de tromperie sur le niveau de pollution de 100.000 véhicules vendus aux Etats-Unis.

Sur le même sujet

A lire aussi