Fosun relève son offre sur le Club Med

le 19/12/2014

Gaillon Invest II, le véhicule d'investissement du milliardaire chinois Guo Guangchang, propriétaire du conglomérat Fosun, a annoncé vendredi avoir relevé son offre sur le Club Méditerranée à 24,60 euros par action.  Cette nouvelle surenchère, qui vient coiffer celle à 24 euros de l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi , valorise le groupe à 939 millions d'euros. La cotation du titre Club Med a été suspendue vendredi matin jusqu'à midi. Jeudi soir, l'action avait clôturé à 24,90 euros. Dans la foulée, l'Autorité des marchés financiers a annoncé vendredi que l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi avait jusqu'au 7 janvier, à 18h00, pour déposer une éventuelle surenchère sur le groupe.

Les actionnaires de Gaillon Invest II seront Fosun, U-Tour, Ardian, et le management de Club Méditerranée, rejoints par Fidelidade. Fosun détiendra 62,6 % de Gaillon Invest II, Fidelidade 20 %, U-Tour 8,7 %, Ardian 5,8 % et le management 2,9 %. Le montant de la dette d’acquisition sera porté à 280 millions d'euros, «sans impact sur la situation financière de Club Méditerranée», précise un communiqué.

«Comme cela avait été annoncé, Gaillon Invest II ouvre son capital à d’autres partenaires. Docas Investimentos, le conglomérat brésilien dirigé par Nelson Tanure, actif dans le tourisme et déjà partenaire opérationnel du Club Méditerranée, a réitéré son intérêt de prendre une participation dans Gaillon Invest II et pourrait monter jusqu’à 20% du capital social de Gaillon Invest II, Fosun restant majoritaire. La prise de participation de Docas Investimentos interviendrait après la clôture de l’offre», ajoute le communiqué de l'enchérisseur.

Guo Guangchang avait jusqu'à ce soir, 18 heures, pour relever son offre, alors qu'il livre une bataille acharnée à Andrea Bonomi depuis le printemps dernier pour le contrôle du groupe de loisirs. Alors qu'il avait dit vouloir laisser le titre Club Med coté en Bourse, pour préserver notamment son ancrage français, Gaillon indique vendredi qu'un retrait de la cote pourrait être envisagé.

A lire aussi