Deutsche Telekom accroît la pression sur Iliad pour le rachat de sa filiale T-Mobile USA

le 07/08/2014

Le président du directoire de l'opérateur allemand, Tim Hoettges, estime ne disposer à l'heure actuelle d'aucune offre capable d'améliorer la position de sa filiale outre-Atlantique

Deutsche Telekom a déclaré jeudi qu'il n'y avait à l'heure actuelle aucune offre en mesure d'améliorer la position de sa filiale T-Mobile USA, quatrième opérateur mobile des Etats-Unis. «Nous avons toujours dit que nous sommes ouverts à toute offre pour T-Mobile US qui améliore sa position et celle de ses actionnaires», a déclaré le président du directoire Tim Hoettges à la presse, mais « à l'heure actuelle, nous n'avons pas d'offre qui satisfasse ces conditions ».

La pression est donc mise sur Xavier Niel, patron d'Iliad. Selon la presse, le trublion des télécoms cherche des partenaires financiers pour relever son offre. Iliad a enregistré un bénéfice net de 265,4millions d’euros en 2013 pour 3,7milliards d’euros de chiffre d’affaires, tandis que l'opérateur américain a affiché au deuxième trimestre 391millions de dollars (293 millions d’euros) de profits pour 7,2 milliards de dollars (5,4 milliards d’euros) de chiffres d'affaires.

Pour sa part Sprint, troisième opérateur mobile américain, a renoncé mardi à son offre sur T-Mobile USA, estimant qu'il sera trop difficile d'obtenir l'aval des autorités de régulation.

A lire aussi