Numericable veut lever 652 millions d’euros lors de son IPO

le 28/10/2013

Photo: PHB

Le visa de l’AMF le 25 octobre était le dernier feu vert avant l’IPO. Numericable débute lundi l’opération qui va lui permettre d’entrer en Bourse, prévoyant sa première cotation le 8 novembre.

Au total, le cablo-opérateur français entend lever 652 millions d’euros lors de son IPO: 250 millions d'euros à travers une augmentation de capital et 402,2 millions d'euros via la vente de titres détenus par Carlyle et Cinven, les deux fonds de capital-investissement qui détiennent chacun près de 35% du groupe.

Numericable a indiqué dans un communiqué vouloir céder entre 20% et 40% de son capital, à une fourchette de prix située entre 20,30 et 24,80 euros par action. L’opération, qui doit lui permettre de poursuivre son développement et de restructurer sa dette, ferait ressortir la valeur d'entreprise du groupe entre 5,06 et 5,57 milliards d'euros, dette comprise.

La semaine dernière, des analystes de Deutsche Bank, l’une des deux banques chef de file de l’IPO avec JPMorgan, indiquaient qu’étant « seul câblo-opérateur majeur en France, Numericable est bien placé pour bénéficier des deux grandes tendances de l'industrie: la demande croissante en connexion internet à très haut débit et la consolidation du marché sous l'effet de la convergence des technologies ».

La cotation doit également fournir à Numericable une monnaie d'échange en vue de participer à un possible mouvement de concentration dans le secteur des télécoms en France. « L'introduction en Bourse n'a aucun lien » avec un éventuel rapprochement avec SFR, assurait en septembre Eric Denoyer, le PDG de Numericable, tout en estimant qu'une telle opération aurait du sens d'un point de vue « industriel et économique ».

Malgré des discussions avancées en fin d'année dernière, Numericable et SFR n'avaient pas réussi à s'entendre sur les modalités financières de l'opération. « L'introduction en Bourse de Numericable, couplée à la scission de SFR, pourraient permettre de trouver un terrain d'entente », expliquait Oddo le 15 octobre 2013. Le montant des synergies attendues pousse à un rapprochement.

A l'issue de l'opération, Carlyle contrôlera environ 25% du capital, Cinven près de 15% et le fonds luxembourgeois Altice 30%.

A lire aussi