LVMH ne fera pas appel de la sanction de l’AMF

le 03/09/2013

Le grief de l'AMF portait sur un défaut d'information du public. Photo: PHB

Condamné à 8 millions d’euros par le régulateur en juin dernier pour n’avoir déclaré sa montée au capital d’Hermès via des equity swap, LVMH a confirmé dans un communqué qu'il ne ferait pas appel. Le groupe ne semble pas vouloir s’engager dans une procédure longue et coûteuse pour seulement 8 millions d’euros (contre 10 millions demandés par le collège de l’AMF) alors que sa plus-value latente sur sa participation s’élève à 3,5 milliards d’euros.

Le grief de l'AMF portait sur un défaut d'information du public quant à la préparation d'une opération financière dans le cadre du recours à des contrats dérivés ELS(equity linked swap).Ces contrats conclus avec trois banques avaient permis à LVMH «d'acheter économiquement» les titres Hermès sans avoir à en acquérir la propriété. Leur débouclage a permis à LVMH de monter directement à 14% du capital puis à 17%. La commission a considéré que LVMH aurait dû avertir le marché de cette opération dès le 21 juin 2010, date à laquelle le groupe a obtenu de deux banques le feu vert à un dénouement anticipé en titres, et non pas le 23 octobre 2010 comme il l'a fait.

A lire aussi