La désindustrialisation de la France pourrait être plus massive encore

le 03/01/2013

L'emploi dans le secteur manufacturier s'est moins ajusté que ne le laissait craindre la chute de l'activité, relève une étude de l'Insee.

Crédit : PHB

L’Insee a fait tourner ses modèles et observe que les dégâts sur le secteur industriel français provoqués par la crise qui sévit depuis 2008 pourraient être plus sévères encore. « L’emploi dans la branche manufacturière s’est replié mais l’ampleur de ce repli s’est avérée limitée au regard de la très forte contraction de l’activité observée dans l’industrie manufacturière » relève-t-il  dans son étude intitulée « L’industrie manufacturière en France depuis 2008 : quelles ruptures ? ». Précisément, « depuis fin 2007, 345.000 emplois ont été perdus, contre 670.000 emplois prévus ».



Externalisation



Au cours des 30 dernières années, la désindustrialisation de la France s’est manifestée par une baisse de l’emploi manufacturier (passé de 5,1 millions en 1980 à moins de 2,9 millions aujourd’hui), mais aussi de la part de l’industrie manufacturière dans la valeur ajoutée en France (passée de 20,6% à moins de 10% sur la même période). L’externalisation a eu une influence certaine sur ces chiffres au cours des 30 dernières années, de nombreuses activités étant sous-traitées à des entreprises de services : ces emplois ainsi externalisés représentaient 25% de l’emploi industriel en 2007 contre 9% en 1980. De même l’emploi intérimaire (comptabilisé comme emploi de services) s’est beaucoup accru pendant les années 90 (passant de 257.000 en 1990 à 626.000 en 2000), pour se stabiliser depuis à environ 8%. Cependant, les entreprises arrivant au terme de leur processus d’externalisation, sa contribution aux pertes d’emploi industriel est passée de 25% dans les années 80 et 90, à 5% dans les années 2000. Aussi un autre phénomène se montre plus influent encore : les gains de productivité plus forts dans l’industrie que dans d’autres secteurs lui permettent une baisse relative de ses prix, qui provoquent une modification de la structure de consommation des ménages en faveur des services. « Selon Demmous (2011) ces effets de structure de la demande seraient responsables d’environ 30% de la baisse de l’emploi industriel entre 1980 et 2007 » précise les auteurs de l’étude*. Par ailleurs, si l’effet du processus de mondialisation sur la désindustrialisation ne fait pas consensus, son poids dans les pertes d’emploi industriel aurait, toujours selon Demmous, bondi de 13% sur la période 1980-2007 à 28% sur 2007-2011.

Lire la suite de l'article (accès gratuit)

A lire aussi