Bolloré solde l’aventure Aegis

le 12/07/2012

Le groupe Bolloré a fait savoir ce matin qu’il avait accepté la proposition du japonais Dentsu de lui céder sa participation financière de 26,4% au capital du groupe de communication britannique Aegis. A raison de 240 pence offerts par action, le groupe français devrait recevoir en trois étapes au total 915 millions d’euros, engrangeant une plus-value comptable voisine de 450 millions d’euros.

14,99% du capital d’Aegis sont cédés aujourd’hui même pour 535 millions d’euros. 5% le seront dans les deux mois sous réserve de l’accord des autorités de régulation, Bolloré cédant le solde de sa participation (6,4%) dans le cadre de l’offre lancée par le prétendant nippon.

Ce dernier a en effet annoncé ce matin une offre amicale sur la totalité du capital d’Aegis, à raison également de 240 pence par titre, soit un total de 3,16 milliards de livres représentant une prime de 48% sur le cours de clôture d’Aegis hier en Bourse de Londres. Les membres du conseil d’administration d’Aegis ont été conseillés par Greenhill et JPMorgan Cazenove.

Bolloré rappelle dans son communiqué ce matin que «c’est en 2005 et 2006 que Bolloré, étant devenu l’actionnaire de référence d’Havas, avait pris concomitamment une importante position financière dans Aegis, dernier grand groupe de communication indépendant dans le monde». Le groupe français ajoute qu’«après avoir contesté la capacité du management d’Aegis de l’époque, le Groupe Bolloré avait ensuite salué l’arrivée de John Napier et de Jerry Buhlmann en 2008. Depuis, le Groupe Bolloré n’a pas cessé de supporter l’action remarquable de ce nouveau management qui a su notamment céder Synovate dans d’excellentes conditions et développer considérablement Aegis à l’international». «Pendant ce temps, Havas s’étant également parfaitement développé en ramenant à zéro son endettement, Bolloré a jugé que la participation dans Aegis n’était plus stratégique et a annoncé l’avoir comptabilisée en juillet 2010 en simple participation financière», précise Bolloré.

A lire aussi