Bonus 2015

CASH ACTIONS - Individualisation

le 23/04/2015 L'AGEFI Hebdo

CASH ACTIONS - Individualisation
Vally Colli
(DR)

L’année 2014 fut très bonne », indique Vally Colli, associée au cabinet de chasse de têtes Vendôme Associés. Pourtant, côté rémunérations, les professionnels du cash actions n’en ont pas forcément profité. « Côté bonus, les analystes ont été majoritairement soumis au régime sec, voire très sec », observe la spécialiste de Vendôme en précisant : « Ne l’oublions pas, on individualise… » De fait, dans une tendance générale à la baisse pour les « bonus pools » des banques de financement et d’investissement (BFI), l’allocation des primes variables repose plus que jamais sur l’individualisation. Seuls les plus performants ont pu espérer des bonus significatifs au titre de l’année passée. « Chez les vendeurs, à l’exception des excellents producteurs, le variable a été stable, voire en retrait », note ainsi Vally Colli. Quant aux salaires fixes, ils n’ont pas fait l’objet de relèvements. « Ils restent figés chez la plupart des acteurs de la place », affirme l’associée de Vendôme, en soulignant que « rien ne sera plus comme avant, tous l’ont compris ». Depuis 2009, la réglementation européenne n’a eu de cesse d’encadrer les primes variables afin de limiter la prise de risque excessive au sein des BFI. A cette fin, le régulateur a voulu fonder la rémunération sur la performance à long terme en introduisant des outils spécifiques : une part de 40 % à 60 % doit être différée sur trois à cinq ans, et est soumise à des conditions de performance pour être perçue à son échéance. En outre, la moitié du bonus doit être distribuée en actions ou instruments équivalents. La directive CRD 4 du 26 juillet 2013 a créé encore une contrainte supplémentaire pour les banques européennes (y compris pour leurs entités en dehors de l’Union européenne) : le 1er janvier 2015 est entré en vigueur le plafonnement du bonus au montant de la rémunération fixe (ou deux fois celle-ci avec l’accord des actionnaires en assemblée générale). Cette année, un vendeur senior a pu percevoir jusqu’à 240.000 euros de bonus global (cash + différé) pour un salaire fixe situé entre 110.000 et 230.000 euros.

A lire aussi