BANQUE PRIVÉE Amélioration relative

le 24/04/2014 L'AGEFI Hebdo

BANQUE PRIVÉE Amélioration relative
Delphine Dubreuil
(DR)

Après plusieurs années de crise, les banquiers privés vont un peu mieux. « De façon générale, le secteur de la banque privée est confronté à un problème de rentabilité mais la collecte se maintient », observe Delphine Dubreuil, associée du cabinet Singer & Hamilton. Pour autant, l’année 2013 n’aura pas été particulièrement marquante pour les professionnels de ce métier. « A Paris, les banques privées ont traversé une année ‘blanche’ en 2013, le secteur n’a pas été très dynamique, il n’y pas eu beaucoup de mouvements. De fait, les bonus ont été plutôt stables, quelques fois en légère baisse », déclare l’associée de Singer & Hamilton. Comme pour les gérants d’actifs et les banquiers de M&A, les salaires fixes des banquiers privés seniors varient de façon très significative en fonction de la nationalité de leur employeur. Ainsi, un banquier privé doté de dix ans d’expérience émargera à un niveau situé entre 100.000  et 130.000 euros dans un établissement français, tandis qu’une banque anglo-saxonne offrira au même profil entre 150.000 et 200.000 euros. En 2014, le marché du recrutement, gelé pendant la crise, pourrait de nouveau s’animer. « Certaines banques qui n’ont pas recruté depuis longtemps vont probablement chercher à amener du sang neuf dans leurs équipes. Nous avons été plus sollicités depuis le début de l’année que sur l’ensemble de l’année 2013 », précise Delphine Dubreuil. 

A lire aussi