Dossier

Deutsche Bank au pied du mur

Deutsche Bank
Deutsche Bank
(Bloomberg)

Du jamais vu depuis 1983. L'action Deutsche Bank atteignait des records de faiblesse début octobre 2016, passant sous le seuil des 10 euros, illustrant les difficultés croissantes de la banque allemande à rassurer les investisseurs. Le titre a perdu plus de 50% depuis le début de l'année, plombé par les ventes à découvert de certains hedge funds à la suite d'une rumeur,  qui a fait l'effet d'une bombe mi-septembre, selon laquelle le Département américain de la Justice lui réclamerait 14 milliards de dollars (12,5 milliards d’euros) pour mettre fin à une enquête sur son rôle dans la commercialisation des "subprimes" , ces titres adossés à des prêts hypothécaires (RMBS) toxiques dont la chute a provoqué la crise financière de 2008.

Finalement, l'amende infligée à Deutsche Bank s'est limitée à 7,2 milliards de dollars, a fait savoir la banque fin décembre. S'il est moins pénalisant que prévu, l'épilogue du contentieux n'a nullement résolu le défi auquel est confrontée Deutsche Bank: une rentabilité insuffisante et un modèle à reconsidérer sans tarder.

 Mais delà du cas Deutsche Bank, c'est le secteur bancaire de plusieurs pays européens qui inspirent la méfiance des investisseurs. L'indice Eurostoxx 600 Bank a chuté de 23% entre début 2016 et octobre 2016. En Allemagne, mais aussi en Italie et en Grèce l'heure des restructurations bancaires semblent bien avoir sonné.