La chronique de l'actualité

Deutsche Bank, l’heure des comptes pour les dirigeants

le 22/05/2019

Alexandre Garabedian

UBS est bien placée pour le savoir, la saison des assemblées générales n’est guère clémente pour les patrons de banque qui ont failli à leur tâche. Les dirigeants de Deutsche Bank peuvent s’attendre à leur tour à subir un feu nourri de la part de leurs actionnaires, ce jeudi 23 mai à Francfort. Il faut dire que les motifs de mécontentement abondent. En baisse de 39% sur un an, le prix de l’action a touché un plus bas historique cette semaine en Bourse. La rémunération des dirigeants reste sans commune mesure avec ces piètres performances. Et quelques semaines après l’échec des discussions en vue d’un mariage avec Commerzbank, Deutsche Bank doit de nouveau convaincre de sa capacité à dégager, seule, une rentabilité satisfaisante.

Avec un tel bilan, il n’est pas étonnant que les influentes agences de conseil ISS et Glass-Lewis appellent les actionnaires à ne pas voter la confiance au conseil de surveillance et au directoire de la banque. Un refus de quitus qui pourrait exposer un jour les dirigeants à des poursuites.

Arrivé aux commandes du groupe il y a un an, Christian Sewing ne peut cependant être tenu comptable de tous les problèmes de Deutsche Bank. C’est donc le président du conseil de surveillance, Paul Achleitner, qui concentre aujourd’hui les critiques. En sept ans, cet Autrichien aux puissants réseaux d’influence a fait et défait plusieurs directeurs généraux. Il a validé des augmentations de capital et des plans stratégiques qui n’ont fait que détruire de la valeur. De quoi provoquer l’impatience de certains grands actionnaires institutionnels. La famille royale du Qatar, le fonds Cerberus et le groupe chinois HNA, qui ont toujours soutenu Paul Achleitner, pourraient se résoudre à lui demander de partir avant la fin de son mandat en 2022, rapporte l’agence Bloomberg. La BCE, en tant que superviseur bancaire, s’interrogerait aussi sur le bien-fondé du maintien du président du conseil de surveillance. Celui-ci aura l’occasion, dès demain, de vérifier en temps réel sa cote de popularité.

Sur le même sujet

A lire aussi