La chronique de l'actualité

Après Axa, la consolidation devrait se poursuivre dans l’assurance

le 06/03/2018

Philippe Mudry

Pour n’avoir pas été du goût du marché, le rachat par Axa de l’assureur bermudien XL Group n’en est pas moins significatif de la mentalité de bien des assureurs.

Face à des taux toujours au plancher et à un risque de décrochage des marchés, comment réorienter son activité ?

Thomas Buberl a répondu : en s’allégeant dans le secteur financier pour se renforcer dans l’assurance dommages et la réassurance.

Bien d’autres réponses sont possibles mais celle-ci montre que pour le secteur, l’option du statu quo est de moins en moins en vogue.

Aussi peut-on s’attendre à ce que d’autres gros poissons se mettent en mouvement. En fait, celui-ci a déjà commencé. Depuis le début de l’année, l’américain AIG a racheté le réassureur Validus, pour près de 6 milliards de dollars.

Phoenix est de son côté en passe de racheter la branche assurances de Standard Life Aberdeen, pour 3 milliards.

Quant à Allianz, il avait également regardé le dossier XL avant de renoncer.

Surtout, l’intérêt de Soft Bank pour une entrée au capital du réassureur Swiss Re, un géant du secteur, est de notoriété publique. Or Swiss Re pèse 35 milliards de dollars en bourse.

Dans ce cas, c’est la volonté de rapprocher un groupe d’essence technologique d’un grand réassureur qui justifie ce rapprochement.

Car la mutation numérique impacte violemment le secteur de l’assurance, dont beaucoup d’acteurs se voient avec angoisse pris de vitesse par cette révolution.

D’autres moteurs de la concentration sont enfin à l’œuvre : le réchauffement climatique, source de catastrophes d’ampleur croissante, et la régulation en matière de solvabilité.

Celle-ci pousse les assureurs - notamment européens - à accumuler un capital de plus en plus lourd à porter.

Sur le même sujet

A lire aussi