La chronique de l'actualité

Les Français plus confiants s’endettent plus volontiers

le 26/01/2018

Philippe Mudry

Les Français, on le sait peu, sont plus fourmis que cigales à titre personnel. Rien à voir avec la tradition des Américains de vivre à crédit.

Aussi, la reprise des crédits accordés aux ménages l’an dernier en France est-il le signe le plus clair d’une confiance retrouvée, qui reste toutefois empreinte de sagesse.

L'enquête annuelle de l'Observatoire des crédits aux ménages est encourageante : huit millions de Français ont contracté un emprunt ou un autre en 2017.

Et tandis que les crédits immobiliers sont restés très stables, c’est à une sensible remontée des crédits à la consommation qu’on a assisté.

27% des ménages en détiennent un désormais et c’est ce type de crédits, souscrits auprès des banques, qui a alimenté le retour général vers l’endettement.

Voilà qui met fin à huit années de baisse ou de stagnation qui avaient fait de l’activité de crédit conso l’une des principales victimes, au sein des banques, de la crise financière récente.

Tombée à sensiblement moins d’un ménage sur deux (46,5%), la proportion de Français endettés avait reculé de 6 points en huit ans. A près de 48% l’an dernier, elle reste très raisonnable.

Car même si le mouvement est sans doute appelé à se poursuivre en 2018, on est loin des excès passés.

Les lois Lagarde et Hamon ont obligé nombre de débiteurs à assainir leur situation en purgeant les crédits les plus dangereux comme les ‘revolving’.

D’où une baisse d’un quart des nouveaux dossiers de surendettement ; d’où encore un changement d’attitude des Français qui, plutôt que de financer à crédit leurs dépenses courantes, y recourent plutôt aujourd’hui pour financer des biens durables.

Les solides ventes d’automobiles l’an dernier illustrent cette réalité.

Sur le même sujet

A lire aussi