La chronique de l'actualité

Bercy s’engage vers une réforme majeure de l’assurance-vie

le 16/01/2018

Philippe Mudry

Orienter l’épargne des Français vers les entreprises : le but est louable et ancien. Mais trouver le bon produit pour cela est tout sauf simple ; le gouvernement a tranché en optant pour une réforme majeure de l’assurance-vie.

Bercy a confirmé hier que pour encourager la souscription de titres d’entreprises, un nouveau type de contrat en fonds euros serait créé, comportant une « modulation » de la garantie selon la durée de détention. La garantie serait minorée en cas de détention ne dépassant pas 8 à 10 ans, et bonifiée au-delà.

Par ailleurs, le régime de tous les produits d’épargne-retraite serait unifié autour de caractéristiques communes.

Cette idée, comme la précédente, figurait dans les recommandations soumises à Bercy par le député Modem Jean-Noël Barrot et la patronne de l’accompagnateur de start-ups The Family, Alice Zagury : simplifier l'épargne-retraite autour de deux produits, dénommés « Compte avenir », l’un dédié aux particuliers, l’autre aux entreprises.

Si le canevas est clair, les détails manquent : de quelle « modulation », minoration ou bonification, parle-t-on ? Le point est capital car il faut séduire ceux qui pensent aux actions et pourraient préférer les unités de compte, dont le capital n’est pas non plus garanti, voire l’investissement direct.

Déjà par le passé, une tentative de soutenir l’investissement en entreprise avait conduit à la création d’un nouveau contrat, dit Euro croissance, qui fut un échec public.

En reprenant une idée évoquée par les assureurs, Bercy espère faire mieux cette fois. Au risque, en touchant au capital garanti des fonds en euros, de brouiller l’image d’un produit chéri des Français, déjà mise à mal par l’instauration de la « flat tax ».

Sur le même sujet

A lire aussi