L'interview finance

Bâle 3 ne durcit pas vraiment les exigences de fonds propres des banques

le 21/12/2017

Christophe Nijdam, membre du collège de l'Autorité bancaire européenne (ABE)

Christophe Nijdam, membre du collège de l’EBA

Les banques européennes ont réussi à convaincre le régulateur de réduire ses exigences de fonds propres supplémentaires, dans le cadre de Bâle 3, de 900 milliards d'euros à 40 milliards d'euros, ce qui ne constitue pas la meilleure protection contre d'éventuelles nouvelles crises, explique Christophe Nijdam. 

Sur le même sujet

A lire aussi