La chronique de l'actualité

La Chine joue au Go financier en Europe

le 19/10/2017

Philippe Mudry

Une « nouvelle ère » a donc commencé en Chine, vient de proclamer le numéro un chinois Xi Jinping à l’ouverture du Congrès du PC chinois.

S’il est un point sur lequel elle ne diffèrera guère de la précédente, c’est sur l’expansion des intérêts stratégiques à l’étranger, notamment dans la sphère financière.

Les récentes acquisitions chinoises sur ce terrain en Europe sont éclairantes sur la voie suivie.

A première vue, elles demeurent très disparates et parfois même franchement surprenantes. Entre un assureur portugais, un courtier en ligne au Danemark ou la première banque luxembourgeoise, il ne semble guère y avoir de rapport.

Pourtant, si certaines acquisitions relèvent de l’opportunisme financier et d’autres de préoccupations plus industrielles, toutes ont un point commun : l’investissement en Europe d’un secteur stratégique sur le long terme, en installant pièce après pièce, comme au jeu de Go, la présence puis l’influence chinoise face aux Etats et aux régulateurs.

On doit d’ailleurs noter l’importance croissante des cibles chinoises : c’est récemment qu’ont ainsi été rachetées la BIL, une institution luxembourgeoise, la majorité du capital de Saxo Bank et surtout 10% du capital de Deutsche Bank, un des géants de la finance continentale.

Progressivement, pour qui dresse une carte des intérêts financiers chinois en Europe, se dessine une implantation déjà assez bien répartie entre le Royaume Uni et le cœur de la zone euro, à deux importantes exceptions près : l’Espagne et la France.

Si l’on en croit les rumeurs précises qui ne cessent d’enfler sur un intérêt de Sino Garantee pour l’assureur crédit Coface, l’investissement de ces deux chaînons manquants ne saurait beaucoup tarder.

Sur le même sujet

A lire aussi