La chronique de l'actualité

Un acteur chinois de poids fait irruption dans la banque européenne

le 04/09/2017

Philippe Mudry

Pékin a beau avoir mis le holà aux ambitions de certains groupes à l’étranger, d’autres agissent et pas sur de petites cibles. Le conglomérat de Hong Kong Legend Holdings va ainsi mettre la main sur la Banque Internationale à Luxembourg pour 1,5 milliard d’euros.

Il en rachètera 90% à la famille régnante qatarie, qui l’avait elle-même rachetée il y a six ans à la banque Dexia en pleine déconfiture. La famille cédante fait une belle opération puisque sa participation a doublé de valeur depuis.

L’opération va faire du bruit en Europe. D’abord la BIL n’est pas un actif comme les autres au Grand  Duché. Vieille de 160 ans, ancien institut d’émission, elle est la première banque universelle du pays avec plus de 23 milliards d’euros de total de bilan.

Reconnue comme systémique, elle se trouve placée sous la supervision de la BCE qui devra donner son feu vert à l’opération. L’Etat continue lui aussi de la garder à l’œil : il détient les 10% du capital restants et les conservera.

Ensuite, il s’agit de la plus grosse acquisition chinoise dans le secteur européen stratégique de la banque ; or Legend Holdings, par ailleurs propriétaire du géant informatique Lenovo, entend réaliser d’autres acquisitions à l’étranger dans les services financiers, un de ses domaines de prédilection, et justement dans la banque.

Tout cela ne passera pas inaperçu en France, et pas seulement parce que la BIL compte nombre de clients français, notamment en banque privée.

Le même actionnaire qatari possède aussi une société de gestion française plus petite, KBL Richelieu Finance. Si Legend Holdings ne l’a pas rachetée, des sources financières parisiennes évoquent la volonté de l’actionnaire qatari de la céder aussi. 

Sur le même sujet

A lire aussi