La chronique de l'actualité

Amazon affirme ses ambitions dans le crédit aux PME

le 09/06/2017

Philippe Mudry

Quand il est question des nouveaux concurrents des banques venus de la hi-tech, on pense souvent à l’activité des paiements, où les fintechs abondent, ou à la banque de particuliers, surtout à l’activité d’épargne.

On pense moins aux entreprises et on a tort. Amazon le prouve. Son activité de prêts d’exploitation aux PME est en vive croissance.

Cette activité, qui avait généré 2 milliards de dollars de prêts entre 2011 et 2015, a signifié un milliard supplémentaire de prêts l’an dernier, selon des chiffres officiels.

Il s’agit de petits prêts, allant de 1.000 à 750.000 dollars à un an maximum, consentis aux Etats-Unis, au Royaume Uni ou au Japon pourvu que les entreprises concernées soient référencées sur MarketPlace, la plateforme commerciale universelle d’Amazon.

Sur quelque 2 millions d’entreprises référencées, 20.000 en ont bénéficié, souvent pour nouer des relations privilégiées avec un distributeur capital pour elles.

Pour Amazon, les avantages sont multiples. D’abord les marges sont confortables car les prêts sont prélevés sur sa trésorerie florissante et le risque est faible.

En cas de défaillance, la dépendance commerciale de l’entreprise donne à Amazon une garantie efficace.

Ensuite, les données recueillies sont une forme de rémunération en soi pour ce spécialiste du big data.

Celui-ci connait aussi intimement la réalité financière que commerciale de ses clients.

Pour les banques, le danger est clair. Amazon se forge à vitesse grand V une relation avec les entreprises qu’elles-mêmes ont mis des décennies à nouer.

Un pan crucial de leur activité pourrait donc être menacé, pouvant inclure tous les types de crédits d’exploitation qui ont assuré une bonne part de leur prospérité !

Sur le même sujet

A lire aussi