La chronique de l'actualité

Le patron de Crédit Suisse obtient un vote de confiance en bourse avant une AG cruciale

le 27/04/2017

Philippe Mudry

Tidjane Thiam, directeur général de Credit Suisse, a rendez-vous demain avec ses actionnaires qui pourrait le tancer rudement sur sa rémunération. Aussi le coup de chapeau qui a salué hier en Bourse l’annonce d’une augmentation de capital de la banque de 4 milliards de francs suisses vient-il fort opportunément renforcer sa main.

L’homme a le sens du tempo. Il a annoncé cet appel au marché en même temps qu’un résultat trimestriel très supérieur aux attentes. A près de 600 millions de francs, c’est même le meilleur score de la banque depuis qu’il en a pris les rênes à la mi-2015.

Ce nouveau renforcement des fonds propres porte à 10 milliards la consolidation du capital en deux ans seulement.

C’est beaucoup mais le marché a apprécié. D’abord parce qu’il espère que cette fois, cette augmentation de capital, garantie par Morgan Stanley et Deutsche Bank, sera la dernière ; et ensuite parce qu’il préfère cette solution à une autre, longtemps caressée, l’introduction en Bourse de sa filiale suisse, base nationale de résultat solide, vrai moteur récurrent de profit pour l’ensemble.

Reste donc pour le patron opérationnel de Credit Suisse à faire avaler à ses actionnaires la pilule de sa rémunération et plus généralement de l’enveloppe de 178 millions de francs de bonus annuels prévue. Devant leur bronca, le conseil d’administration l’a déjà rabotée de 40% mais sans éteindre pour autant la mauvaise humeur.

Elle peut se comprendre car hautes rémunérations et cours de Bourse n’ont pas pris le même ascenseur. Plombé par les conséquences des litiges à répétition, le second a cédé 40% depuis l’arrivée de Monsieur Thiam.

Autant dire que le résultat de l’AG aura pour lui, comme pour son conseil, valeur de vote de confiance.

Sur le même sujet

A lire aussi