La chronique de l'actualité

La Société Générale change de vitesse dans la location longue durée

le 10/02/2017

Philippe Mudry

Il y a belle lurette que les banques ont musclé leur cœur de métiers par divers services financiers, dont la location longue durée. Longtemps périphériques dans leurs modèles, ils le seront à l’avenir de moins en moins.

Société générale illustre cette tendance en annonçant l’introduction en Bourse avant l’été de sa filiale de leasing et de gestion de flottes de véhicules, ALD.

Forte de 1,6 million de véhicules gérés, elle tient le haut du pavé en Europe dans la location à plus d’un an aux côtés de la filiale équivalente de BNP Paribas, Arval.

Ce faisant, la banque ne vise pas à donner à la cote parisienne une nouvelle valeur très rentable, dont la capitalisation dépassera de beaucoup la valorisation de 3,1 milliards qui figure dans ses livres. Le but n’est pas seulement non plus de renforcer ses fonds propres grâce à une part de la plus-value de cession.

L’idée est surtout de donner plus de liberté à sa filiale, dont elle gardera le contrôle, de participer aux mutations ultra-rapides du transport individuel. Si la location longue durée aux grandes entreprises demeure le cœur du business, d’autres modèles se développent comme la location en marque blanche pour des constructeurs ou la location aux PME. 

Et dans les 3 à 5 ans, la location de longue durée aux particuliers pourrait atteindre 15% de l’activité, pensent les professionnels.

Dans un monde où la possession de son véhicule n’est plus un impératif, pourquoi les banques, qui maîtrisent la chaîne de valeur de la location, depuis les réseaux de distribution jusqu’à la revente en passant par le financement, ne la domineraient-elles pas ?

Sans compter qu’elles auront les moyens d’orchestrer la consolidation du secteur qui n’est pas achevée.

Sur le même sujet

A lire aussi