Jean-Pierre Mustier annonce son départ d’UniCredit

le 01/12/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Son mandat est censé se terminer en avril 2021.

Banque Unicredit
Unicredit dévoilera sa nouvelle stratégie au deuxième trimestre 2021.
(Photos DR.)

Jean-Pierre Mustier a fini par prendre les devants, mettant fin à des rumeurs persistantes. Il a annoncé lundi soir son départ d'UniCredit à l'issue de son mandat, censé se terminer en avril 2021. Il restera en poste pour assurer une «transition en douceur» jusqu'à «la fin de son mandat ou jusqu'à ce qu'un successeur ait été nommé», précise le groupe.

Cette annonce a bouclé une journée tourmentée pour le groupe bancaire italien sur les marchés, où l’action UniCredit clôturait en baisse de 5% - la pire performance de l'indice FTSE Mib de Milan. Le marché s'interrogeait sur l'avenir de Jean-Pierre Mustier à la direction générale de la banque, qu'il occupe depuis juillet 2016.

Une réunion informelle du conseil d'administration du groupe, dimanche, a évoqué des questions de gouvernance et le renouvellement de la direction au printemps prochain. Selon la presse italienne, qui s’en était fait l’écho, les discussions devaient se poursuivre mercredi dans le cadre du comité des nominations. 

Son départ n'est pas une surprise. Il fait suite à des mois de désaccords avec le conseil d'administration au sujet de la stratégie du groupe bancaire italien. «Au cours des derniers mois, il est devenu évident que Team 23 [le plan stratégique de la banque] et ses principes fondamentaux ne correspondent plus aux réflexions du conseil d'administration», a déclaré le directeur général d’Unicredit, cité dans un communiqué publié par la banque. «J'ai donc décidé de me retirer du groupe à la fin de mon mandat en avril 2021, pour permettre au nouveau conseil d'administration d'élaborer une nouvelle stratégie pour l'avenir».

Les tensions allaient croissant entre Jean-Pierre Mustier, artisan du redressement de la banque, et une partie de son conseil. Il a dû renoncer début novembre à son projet de scission des activités internationales du groupe. En outre, le dirigeant était sous pression pour racheter Monte dei Paschi di Siena (MPS), que l'Etat veut privatiser après l'avoir sauvée de la faillite.

UniCredit se serait adjoint les conseils de Goldman Sachs et JPMorgan pour sa stratégie dont le nouveau plan devrait être dévoilé au deuxième trimestre.

Reste à savoir quelle sera sa prochaine destination. Les regards pourraient se tourner vers son ancienne maison – la Société Générale. Il en fut le banquier star, entré comme trader en 1987, il y avait pris la tête de la BFI avant de devenir directeur général adjoint du groupe, et de participer à la création du gestionnaire d'actifs Amundi. Avant de la quitter en 2008, touché net par l’affaire Kerviel.

Sur le même sujet

A lire aussi