Les assureurs portent leur effort à 3,2 milliards d'euros face à la crise

le 15/04/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Les assureurs portent leur effort à 3,2 milliards d'euros face à la crise
(Fotolia)

Après leur avoir demandé un effort supplémentaire, le gouvernement a reçu des assureurs de nouveaux engagements. La Fédération Française de l'Assurance (FFA) a chiffré ce mercredi à 3,2 milliards d'euros sa contribution globale pour faire face à la crise sanitaire et économique.

Un premier volet concerne l'investissement avec 1,5 milliard d'euros qui alimenteront en fonds propres les PME, ETI, en particulier le secteur de la santé. Soit au-delà du milliard d’euros pressenti il y a quelques jours pour ce projet. La profession apportera 20% du montant total aux fonds Nova, Novo et Novi déjà existants qui financent les PME en fonds propres et en dette. En outre, 40% iront vers une nouvelle gamme de fonds Nov avec un appel d'offres prévu prochainement. « Un nouveau cahier des charges est en cours d'élaboration. Nous pourrions élargir le cercle des gestionnaires d'actifs ainsi que celui des investisseurs institutionnels », a précisé Florence Lustman, présidente de la FFA lors d'une conférence de presse. Enfin, 40% seront consacrés à deux nouveaux fonds d'investissement pour la santé dans des entreprises de production de matériel médical, des start-up et dans des programmes publics d'infrastructures et de recherche..

La Caisse des Dépôts confirme à L'Agefi la répartition des investissements de la Place. Elle précise que le montant total des engagements atteint déjà 2 milliards d’euros. Selon elle, les assureurs apporteront en fait 1,7 milliard d’euros et les 300 millions restants viendront du Fonds de réserve pour les retraites et de la CDC elle-même. En fin de semaine dernière, cette dernière avait indiqué que sa contribution atteindrait 100 millions d’euros.

Les assureurs officialisent également le doublement de leur participation au fonds de solidarité pour les TPE et indépendants en portant leur contribution à 400 millions d'euros au lieu de 200 millions d'euros. « Nous sommes le seul secteur d'activité à participer au fonds de solidarité, mais nous arrivons au bout de ce nous pouvons faire collectivement, nous ne pouvons pas nous substituer à la solidarité et à l'Etat », commentait Florence Lustman devant les députés plus tôt dans la matinée, au cours d'une audition.

Ces fonds, non fléchés et qui sont à la disposition de l'Etat, doivent pouvoir répondre notamment aux pertes d'exploitation de certaines entreprises que les assureurs ne couvrent pas en cas de pandémie. A cet effort de solidarité, s'ajoutent des gestes commerciaux en faveur des assurés dont la prise en charge de sinistres qui n'étaient pas couverts dans les contrats ou le maintien des couvertures d'assurance malgré le non paiement ou le report des primes. Au total, toutes ces mesures d'aides, extra-contractuelles, représentent 1,75 milliard d'euros.

Sur le même sujet

A lire aussi