La Confédération du Crédit Mutuel affine sa gouvernance

le 05/03/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Nouveau conflit au sein du Crédit Mutuel, sur le thème des structures de gouvernance. Arkéa dénonce le centralisme de la Confédération qui défend un modèle partenarial.

Le siège de Crédit Mutuel Arkéa, Le Relecq Kerhuon (Bretagne).
(Herve RONNE/REA)

Grâce soit rendue au Crédit Mutuel Arkéa, n’a pu s’empêcher de lancer ce 4 mars Nicolas Théry, président de la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM). Nous avons fait beaucoup de progrès en termes de gouvernance !» Confirmée dans son rôle d’organe central comme seul interlocuteur de la Banque centrale européenne pour l’ensemble du groupe Crédit Mutuel, en octobre 2019 ; dotée d’une nouvelle direction générale depuis un an avec Pierre-Edouard Batard et son adjointe Isabelle Ferrand, la CNCM va encore faire évoluer sa gouvernance. Ses statuts prévoient désormais deux administrateurs salariés, une formation des élus et une avancée vers plus de mixité.

Mais en réalité, le sujet était ailleurs. Arkéa souhaite évoluer vers un régime de directoire et conseil de surveillance, qui n’est pas commun au Crédit Mutuel. Le conseil d’administration de la CNCM du 4 mars n’aurait pas reçu tous les éléments nécessaires pour donner son avis. Arkéa, qui voulait mettre le projet à l’ordre du jour de son assemblée générale de mai, dénonce aussi le rejet de sa «raison d’être». Et estime que «cette décision traduit la volonté centralisatrice de la CNCM». Une CNCM qui doit emménager mi-mai dans l’éco-quartier Clichy-Batignolles, avec les équipes de la filiale de téléphonie de l’Alliance fédérale.

Alors que Jean-Pierre Denis, président d’Arkéa, incarne désormais seul le projet d’indépendance de son groupe, depuis le départ de son directeur général, Ronan Le Moal, faudra-t-il qu’il se soumette ou qu’il se démette ? «Depuis notre décision de caractère général, du 18 février 2019, plus aucun élément ne nous a été transmis», pointe Pierre-Edouard Batard lors de la présentation des résultats consolidés.

La CNCM représente la 5e banque française en produit net bancaire (PNB), la 3e en résultat net (RNPG), la 1re en coefficient d’exploitation et n’a perdu cette position en matière de ratio de solvabilité CET1 qu’avec le rapprochement entre La Banque Postale et CNP. Dans le détail, les publications du Crédit Mutuel Alliance Fédérale (3,15 millions d’euros de RN) et d’Arkéa (511 millions) passées, on peut noter que Maine Anjou-Basse Normandie a publié pour 2019 un RN supérieur à Nord Europe malgré un PNB inférieur, grâce à un dividende exceptionnel des ACM (Assurances) ; qu’au 1er janvier 2020, Antilles-Guyane et Massif Central (jusque-là membre d’Arkéa) ont rejoint l’Alliance Fédérale ; et que la plus-value de 194 millions d’euros enregistrée par Arkéa avec la vente de Primonial représente environ les deux tiers des plus-values de cessions au niveau national.

Sur le même sujet

A lire aussi