Bruno Le Maire réaffirme la volonté de la France de réformer Solvabilité 2

le 25/10/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire
(Crédit European Union.)

Lors de la 11e Conférence internationale de l’assurance organisée par la FFA, le discours du ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire était très attendu, notamment pour connaître ses positions concernant la directive Solvabilité 2. Et sur ce point, le ministre a été très clair : « Nous devons réviser de manière intelligente la directive Solvabilité 2 ». Il a ainsi fixé comme priorité le changement des règles liées à la charge prudentielle et à la détention d’actions par les assureurs. «Ces règles sont absurdes et contradictoires avec nos objectifs», a insisté le ministre.

Ce dernier milite donc pour des règles beaucoup moins contraignantes que celles appliquées aujourd’hui. «Nous avons déjà obtenu un allégement des charges prudentielles des actions détenues sur le long terme. Nous devons aller beaucoup plus loin. Il faut que le choc de 22% s’applique plus largement à la détention de toute action participant effectivement au financement de notre économie, a déclaré Bruno Le Maire. Cela mérite la mobilisation totale de la puissance publique française et, je l’espère d’autres partenaires européens pour réussir la révision de la directive Solvabilité 2 ».

Le secteur reste hautement stratégique, et aucune décision unilatérale ne peut être prise par un pays. La régulation des assurances est d’ailleurs un enjeu au niveau du G20, et des discussions sont en cours sur un standard international de capital en assurance au sein du conseil de stabilité financière. Cependant les assureurs savent que les autorités françaises militent clairement, au niveau international, pour un assouplissement des règles prudentielles qui pèsent sur eux.

Sur le même sujet

A lire aussi