Tidjane Thiam joue son avenir à la tête de Credit Suisse

le 30/09/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le conseil de la banque helvétique doit déterminer cette semaine les responsabilités internes après la filature du transfuge Iqbal Khan.

Tidjane Thiam, directeur général de Credit Suisse
Tidjane Thiam, directeur général de Credit Suisse.
(Bloomberg)

La querelle de voisinage vire au scandale national en Suisse. Le conseil d’administration de la deuxième banque du pays, Credit Suisse, doit se réunir en début de semaine pour décider du sort des dirigeants qui seront désignés responsables du scandale Iqbal Khan. Son président Uhs Rohner a chargé l’un des administrateurs de mener l'enquête, au côté du cabinet d’avocats Homburger. Leur rapport devra faire la lumière sur l’espionnage d’Iqbal Khan, commandité en interne contre cet ancien directeur des activités de gestion de fortune du groupe. Celui-ci doit rejoindre le 1er octobre le grand rival UBS, dans un climat très tendu avec Tidjane Thiam, son patron chez Credit Suisse et son voisin à la ville.

L’affaire pourrait coûter très cher au franco-ivoirien Tidjane Thiam, ou à son lieutenant, le français Pierre-Olivier Bouée, dont dépendent les services de sécurité du groupe. L’un des grands actionnaires est déjà monté au créneau pour défendre le management. «Cela porterait préjudice à Credit Suisse et ses actionnaires de perdre un membre de sa direction à cause de ce problème», a réagi la semaine dernière David Herro, vice-président de Harris Associate, une société de gestion affiliée à Natixis.

Démêlés entre voisins

Quelques jours plus tôt, Oswald Grübel, ancien patron de Credit Suisse puis d’UBS, jugeait au contraire qu’«un tel comportement est indigne d’une grande banque suisse». L’affaire arrive au plus mauvais moment pour Tidjane Thiam, qui semblait enfin avoir remis Credit Suisse sur les rails, après des années d'incertitude sur sa capacité à redresser le groupe.

Sa mésentente avec Iqbal Khan a éclaté au grand jour en septembre, après des révélations sur une querelle de voisinage en janvier dernier. Iqbal Khan aurait fait un esclandre lors d’une réception chez Tidjane Thiam, après que ce dernier a planté de nouveaux arbres dans sa propriété. La végétation cacherait la vue sur le lac de Zurich dont jouissait Iqbal Khan, fraîchement installé dans une propriété mitoyenne de celle de son patron, a rapporté la presse locale. Depuis cet épisode, la relation entre les deux hommes se serait envenimée au point que le successeur potentiel de Tidjane Thiam a quitté la banque cet été. Soupçonné de vouloir débaucher des pointures de Credit Suisse, il a été suivi par un cabinet de détectives privés, jusqu'à ce que la filature se termine en altercation entre le (ou les) limier(s) et le banquier. Le parquet de Zurich a ouvert une enquête, à la suite d'une plainte déposée par Iqbal Khan. 

Sur le même sujet

A lire aussi