HSBC France voit son «COO» partir sans tambour ni trompettes

le 19/04/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Philippe Moiroud, directeur de l’exploitation et membre du comité exécutif de HSBC France, a quitté le groupe très discrètement le 1er mars.

HSBC France, Paris Champs-Elysées
Le pôle de banque de particuliers et de gestion de patrimoine de HSBC France a accusé une perte en 2018.
(crédit : Pierre Chiquelin)

Voilà un départ qui pose question à certains salariés de HSBC France. Selon une source interne, Philippe Moiroud, directeur de l’exploitation (chief operating officer) de la filiale française de la banque sino-britannique, a récemment quitté le groupe, en toute discrétion. «Nous nous interrogeons sur les raisons de son départ, annoncé de façon laconique», indique la source. Des interrogations suscitées par la stature de Philippe Moiroud, qui, au-delà de son poste de COO, était membre du comité exécutif de HSBC France. Deux fonctions dans lesquelles Ewan Barr, qui travaillait déjà dans l’entreprise, lui a succédé.

Nommé COO de HSBC France en octobre 2012, Philippe Moiroud était notamment chargé d’une lourde restructuration des systèmes informatiques, dans le cadre du plan de transformation de la banque des particuliers annoncé en 2017 et destiné à en redresser la rentabilité. Or le pôle de banque de particuliers et de gestion de patrimoine de HSBC France a accusé en 2018 une perte, pour la première fois, de 55 millions d’euros, contre un très léger bénéfice ajusté de 6 millions en 2017. La conséquence de la faiblesse des taux d’intérêt et des renégociations de crédits, couplée à des investissements conséquents dans la transformation digitale.

«Cela fait un certain nombre d’années que les revenus et les résultats de la banque des particuliers sont insuffisants, alors que le plan de transformation mis en place en 2017 visait à retrouver une rentabilité raisonnable en 2020. On sent bien que cela ne peut plus durer», s’inquiète la même source.

«Les évolutions dans la banque des particuliers, liées aux changements des modes de consommation des clients, avec notamment la mise en place de centres totalement dédiés au crédit immobilier sur la partie technique, se sont déroulées sans aucun changement d’effectif», souligne HSBC France, interrogée par L’Agefi.

Philippe Moiroud aurait-il tout de même fait les frais de la difficulté de la banque des particuliers à remonter la pente ? HSBC France répond qu'il «était là depuis longtemps». «Il n’existe pas de connexion entre l’évolution de la carrière de Philippe Moiroud et les résultats de la banque des particuliers», affirme une autre source. Dans un post publié sur son profil LinkedIn, Philippe Moiroud déclare pourtant avoir «été conduit à quitter la banque le 1er mars dernier, après plus de 24 ans de services».

Sur le même sujet

A lire aussi