Oney Bank s’apprête à s’adosser à BPCE

le 13/02/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

BPCE compte prendre 50,1% du capital de la filiale bancaire d’Auchan.

Groupe BPCE
(Photo RK.)

BPCE s’est trouvé une nouvelle banque digitale destinée à se substituer à Fidor. Le groupe est entré en négociations exclusives avec Auchan pour prendre une participation de 50,1% dans Oney Bank, sa filiale de services financiers, ont annoncé mardi soir les deux acteurs financiers. L’opération devrait être bouclée d’ici cet été, pour une mise en service en 2020. Le groupe bancaire semble ainsi près de mettre un terme à l’aventure Fidor, la banque en ligne allemande qu’il a acquise fin 2016, dont il veut maintenant accélérer le processus de vente.

«Oney deviendra la banque digitale du groupe à l’international et bénéficiera des expertises des Caisses d’Epargne et des Banques Populaires pour se développer», résumait Laurent Mignon, président du directoire du groupe BPCE, lors d’un call avec la presse. Le montant de l’acquisition n’a pas été dévoilé : Laurent Mignon a juste évoqué un impact de «15 points de base sur le ratio de fonds propres CET1 de BPCE» - qui était de 15,5% fin 2018. Le site espagnol Bolsamania évoquait en décembre une valorisation de 500 millions d’euros pour l’ensemble d’Oney, dont les capitaux propres consolidés s’élevaient à 554,5 millions d’euros fin juin.

Devenir le leader européen
du paiement fractionné

Avec ce rapprochement, le groupe BCPE accédera à des services financiers qui lui manquaient, notamment le crédit à la consommation - Oney est le numéro un en France du paiement fractionné (en trois ou quatre fois). Et compte aussi se développer en Europe dans la banque de détail. Or Oney Bank, forte de 3.000 salariés, est actuellement présente dans onze pays, et compte 7,6 millions de clients, ainsi que 400 partenaires, y compris dans le commerce en ligne.

Le groupe Auchan, pour sa part, compte accélérer le développement d'Oney. C’est en ce sens qu’il avait confié, l’an dernier, un mandat à Rothschild & Co, pour trouver un partenaire à qui s’adosser : le géant espagnol Santander le convoitait encore en décembre dernier. Il veut aussi développer ses services bancaires : «nous allons aider Oney Bank à devenir une banque de crédit à la consommation, et à avoir une offre de banque digitale, notamment dans les cartes bancaires et les comptes courants», précise Laurent Mignon.

Avec ce nouvel allié, Oney pourra aussi se développer à l'international, «pour devenir le leader européen du paiement dit fractionné (en plusieurs fois). Ainsi, le rapprochement avec BPCE fait sens, car le groupe bancaire est déjà présent dans le domaine des paiements à destination des commerçants, tels Dalenys, Payplug et S’Money», estime Octo Finances.

Sur le même sujet

A lire aussi