Orange Bank a attiré 250.000 clients en 2018

le 23/01/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque en ligne mise sur l’amélioration de son assistant virtuel et l’élargissement de sa gamme de prêts pour conquérir davantage de clients.

Orange Bank
Orange Bank explore la piste des crédits immobiliers.
(Photo RK.)

Le bilan est contrasté. En 2018, la banque mobile d’Orange a attiré 250.000 clients au total à un rythme de 15.000 à 20.000 ouvertures de comptes par mois. C’est moins que Boursorama, qui a atteint 1,6 million de clients en juillet, qu'ING, 1 million de clients en France, que Fortuneo, 670.000, ou encore que les néobanques : Revolut (plus de 480.000) et N26 (600.000). La composition de la clientèle, dont l’âge médian est 42 ans, contraste aussi avec la plupart des banques en ligne. «Nous avons 35 à 40% de CSP+, ce qui est inférieur aux néobanques lancées dans les années 2000. Quand on s’appelle Orange, on capte forcément une clientèle différente, plus représentative de la population», a expliqué Paul de Leusse, directeur général d’Orange Bank lors d’une conférence de presse. 65% des ouvertures de compte se font ainsi par le biais des boutiques et seulement 35% via le digital.

Orange Bank joue, en conséquence, la carte de la démocratisation . «Nos sources de rentabilité doivent être différentes», détaille Paul de Leusse. «Nous allons nous concentrer sur l’accessibilité et la banalisation du produit financier», ajoute-t-il. Concrètement, la banque mise sur le développement d’outils de gestion de budget. En plus du lancement de sa carte premium, elle envisage un partenariat avec des fintech pour rendre son assistant virtuel Djingo plus actif, prévenant les clients en cas de risque de découvert pour leur éviter des agios. Depuis ses débuts, la banque recense plus d’un million de discussions entre ses clients et Djingo, dont 50% entièrement gérées par l’intelligence artificielle.

La banque mobile veut surtout élargir sa gamme de crédit à la consommation aux clients de l’opérateur pour leur permettre de financer leurs achats de téléphonie. Ce «crédit sec», devrait être lancé au second semestre 2019. L’année passée Orange Bank a comptabilisé 45,5 millions d’euros d’encours de crédit accordés, vendus par son centre de relation client. Et 364 millions de crédits automobile Désirio ont été commercialisés par Groupama qui détient 35% d’Orange Bank. «L’évolution de l’équipement en crédit conso est très liée à notre capacité à faire progresser la part de pénétration active dans notre clientèle», note Paul de Leusse. La banque compte, en effet, 30 à 40% de clients actifs qui réalisent plus de 20 opérations par mois.

Orange Bank explore aussi la piste des crédits immobiliers car «ils sont liés à 15% des ouvertures de compte en France», selon Paul de Leusse qui souligne vouloir lancer des produits plus sophistiqués d’épargne financière, courant 2020.

Sur le même sujet

A lire aussi