Les échecs se multiplient sur le marché primaire obligataire

le 08/10/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Les échecs se multiplient sur le marché primaire obligataire
(Fotolia)

La banque néerlandaise Van Lanschot est la dernière en date à tirer les conséquences des turbulences qui agitent depuis quelques jours le marché obligataire. Le groupe a renoncé lundi à un emprunt subordonné additional tier one (AT1). Il prévoyait de lever 75 à 100 millions d'euros pour cet emprunt de taille non-benchmark, dirigé par Goldman Sachs et Morgan Stanley.

Ces derniers jours, plusieurs émetteurs ont dû renoncer à se présenter sur le marché obligataire en euros, secoué par la remontée des taux longs. Le 4 octobre, le groupe allemand de construction Bilfinger et la banque autrichienne Volksbank Wien ont retiré respectivement un emprunt high yield, dont la taille avait été réduite à 250 millions d'euros, et un placement de titres AT1 de 150 millions. Précédemment, Ingenico et My Money Bank ont aussi été obligés de reporter leurs projets.

Ces reports ou annulations ont donc touché pour l'instant des signatures ou des instruments plus risqués (high yield, AT1) ou pour lesquels les investisseurs avaient besoin de plus d'explication, comme dans le cas de My Money Bank.

Sur le même sujet

A lire aussi