Londres sacrifie ses banques sur l’autel du Brexit

le 13/07/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le gouvernement britannique a abandonné le concept de reconnaissance mutuelle au profit de celui d’une équivalence améliorée. Au grand dam de la City.

City of London, financial district.
La City ne verra pas ses services financiers bénéficier d’une «zone de libre-échange» avec l’Union européenne.
(crédit UE CE.)
Tant attendue, la publication hier par le gouvernement britannique du white paper, ce document destiné à définir la relation post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, n’a pas fait que des heureux. Au premier rang des mécontents : la City. Et pour cause : le concept de reconnaissance...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi