Lyf Pay déploie son portefeuille électronique chez Casino

le 16/04/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La fintech contrôlée par le Crédit Mutuel et BNP Paribas espère s’imposer sur le marché des wallets en enrichissant ou en intégrant les programmes de fidélité des enseignes.

Siège du groupe Casino à Saint-Etienne.
Les clients de plus de 500 magasins du groupe Casino peuvent désormais utiliser l’application Lyf Pay.
(Photo DR.)

Lyf Pay se fait un nom dans la grande distribution. Le portefeuille électronique, né de la fusion des solutions développées par le Crédit Mutuel et BNP Paribas, annonce ce lundi son déploiement dans le groupe Casino. «Après une phase de test dans quelques magasins depuis janvier, les clients de plus de 500 magasins du groupe Casino peuvent désormais utiliser l’application Lyf Pay chez Géant et Casino Supermarchés, explique à L’Agefi Christophe Dolique, directeur général de Lyf Pay. Et des discussions sont ouvertes avec les autres enseignes du groupe». La galaxie Casino compte aussi Franprix qui utilise Lydia, un wallet concurrent, et Monoprix, qui a développé une application d'encaissement mobile. Agnostique, le groupe explique vouloir proposer une multitude de solutions, internes ou externes, à ses clients. 

Il est encore trop tôt pour savoir si le partenariat commercial avec Lyf Pay s’accompagnera d’une entrée au capital du wallet, comme l’ont déjà fait Auchan et sa filiale Oney, Total et MasterCard. Une place est pourtant à prendre après la sortie, en début d’année, de Carrefour. Ce dernier, partenaire de la première heure de BNP Paribas dans son ancien wallet Wa !, a lancé il y a quelques semaines sa propre solution de paiement mobile, baptisée Carrefour Pay. Pour autant, «Lyf Pay va être déployé dans les 2.000 magasins Carrefour, qui deviendra ainsi son premier réseau d’acceptation», assure Thierry Laborde, directeur général adjoint de BNP Paribas. A ce jour, le wallet est aussi utilisable dans les 124 hypers Auchan. D’autres partenariats sont à l’étude. «La mise sur le marché de nouveaux TPE (terminaux de paiement électronique) acceptant à la fois le paiement par carte bancaire et le paiement par QR code, ainsi que les services associés, va permettre un déploiement en volume sur les commerces de proximité», espère Frantz Rublé, président d’Euro-Information, la filiale technologique du Crédit Mutuel sur laquelle s’appuie Lyf Pay.

A l’autre bout de la chaîne, Lyf Pay revendique 600.000 téléchargements de son application, mais ne communique pas le nombre de comptes actifs et de transactions. «Nous constatons un bond des téléchargements depuis le mois dernier grâce à la mise en avant des services Lyf Pay dans les applications Crédit Mutuel et CIC. Cela facilite considérablement l’accès», explique Frantz Rublé. «Chez BNP Paribas, nous proposerons aussi ce service sur nos applications en France en juillet, et nous étudions l’extension de ce service à nos clients particuliers en Belgique et en Italie», indique Thierry Laborde.

Pour se faire une place face au paiement sans contact, à Apple Pay ou encore à Paylib (le wallet développé par plusieurs banques françaises dont BNP Paribas), Lyf Pay mise sur des services ajoutés, en s’inspirant des chinois WeChat Pay et Alipay. «Pour le consommateur, l’application Lyf Pay permet d’effectuer tous les actes de paiement de la vie quotidienne, dans un magasin, sur internet ou dans un festival, mais aussi la dématérialisation des cartes de fidélité, des coupons, d’offres personnalisées ou encore le paiement entre amis, et les dons aux associations, énumère Christophe Dolique. Le commerçant, lui, bénéfice d’outils ouverts et flexibles lui permettant de proposer ses services et de piloter sa relation clients en fonction de sa stratégie et de ses spécificités.»

Lyf Pay emploie 120 personnes à Paris et Strasbourg. Actionnaires à 43% chacun, le Crédit Mutuel et BNP Paribas ont déjà investi plus de 10 millions d’euros dans le déploiement de cette solution.

Sur le même sujet

A lire aussi