La Banque Postale digitalise le microcrédit

le 19/01/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Opérationnel depuis début janvier, l’accord de mécénat entre le réseau bancaire et l’association spécialisée Créa-Sol vise à créer un leader national.

La Banque Postale digitalise le microcrédit
(DR)

La Banque Postale (LBP) veut faire entrer ses activités de microcrédit à destination des particuliers dans une nouvelle dimension. Lancée en 2007 dans le cadre de ses missions d’intérêt général, cette activité a déjà octroyé 30 millions d'euros de prêts. Depuis début janvier, elle s’appuie aussi sur un spécialiste, l’institution Créa-Sol, avec l’ambition d’en faire d’ici 2020 le premier acteur de ce segment, ont annoncé hier les deux parties. Aujourd’hui troisième acteur, avec une part de marché d’environ 14%, LBP jouera le rôle de mécène et de refinanceur des microcrédits gérés par Créa-Sol, dont la distribution s’appuiera sur un processus dématérialisé à 100%.

LBP et Créa-Sol se sont rapprochés en mars 2017, à l’occasion d’un accord de mécénat. Le groupe bancaire, qui va désormais gérer en extinction son reliquat d’encours de 6 millions d’euros de microcrédits, apportera des compétences en détachant seize experts du microcrédit en régions pour soutenir l’activité de Créa-Sol.

LBP, qui fournira des financements à Créa-Sol, a par ailleurs dénoncé les accords signés avec ses 150 partenaires sociaux ou associatifs, essentiels dans le processus très encadré d’octroi de microcrédit. Ces derniers, dont une centaine se sont associés à Créa-Sol, sont chargés de l’entrée en relation et de la définition des besoins de l’emprunteur grâce à un nouveau logiciel qui réduit à 5 jours la réponse d’acceptation du dossier. Le réseau LBP redirigera les candidats vers ces partenaires sociaux, qui centraliseront les demandes auprès de Créa-Sol.

Créé en 2005, Créa-Sol rayonne aujourd’hui essentiellement en région PACA, en Corse et à la Réunion. Dotée d’un statut associatif, l’entité a bénéficié à l’origine du soutien des Caisses d’Epargne locales pour développer son activité. En 2009, son habilitation par  Bercy à se financer auprès d’autres établissements bancaires avait ouvert la voie à des prêts de la Caisse des dépôts. Dans le sillage de son placement sous l’autorité du régulateur bancaire, l’ACPR, en 2011, l’association avait obtenu le soutien financier du Fonds européen d’investissement. Créa-Sol a octroyé à ce jour 1.250 microcrédits pour un montant total de 2,4 millions d’euros.

«Si demain d’autres partenaires souhaitaient s’associer avec Créa-Sol, nous en serions ravis car nous sommes ici avant tout dans une logique de service public. Il s’agit de créer un effet d’entraînement pour éradiquer la problématique de l’accès à ce type d’offre qui peut changer la vie des gens», a souligné Rémy Weber, le président du directoire de LBP.

Sur le même sujet

A lire aussi