La Société Générale renforce sa stratégie vis-à-vis des start-up

le 15/11/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque muscle son dispositif visant à mieux accompagner et financer les jeunes pousses, avec une volonté d'être plus présente au sein de l'écosystème parisien.

Siège de la Société Générale à La Défense.
(Photo Pierre Chiquelin.)

La Société Générale a choisi un lieu idéal pour faire passer son message. Au sein de «Spaces», l’espace de co-working au cœur de la «Silicon Sentier», la banque a revendiqué son ambition «d’être le partenaire des entreprises innovantes».

Pour y arriver, elle a décidé de renforcer son dispositif vis-à-vis des start-up. Cela comprend la signature d’un partenariat avec BPI France, la création de 150 conseillers référents start-up dans 80 villes et le lancement de l’offre «Welcome Pack Start-up», qui intègre notamment un service de banque mobile et un accompagnement patrimonial. Face aux offres des autres banques, la Société Générale arrive avec un prisme très commercial : elle souhaite enrichir sa base de clients, mieux comprendre les tendances sociales grâce aux start-up et simplifier son rythme de travail.

Passer de la jeune pousse
à la pépite

La banque au logo rouge a investi 70 millions d’euros au cours des dernières années dans l’accompagnement de 2.000 start-up, dont 200 pépites (ayant levé au moins 300.000 euros). Son ambition pour 2020 est de permettre de passer de la jeune pousse à la pépite. «Nous souhaitons accompagner, d’ici 2020, 500 pépites sur tout le territoire» a déclaré Laurent Goutard, directeur de la banque de détail en France. Le montant de l’enveloppe consacrée à cette ambition n’a pas été révélé au cours de la conférence de presse.

Pour illustrer la relation qui unit la banque aux start-up, la Société Générale avait fait venir pour l’occasion Wistiki. «La Société Générale nous a permis de nous endetter à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euros pour financer notre business qui est 100 % made in France» a expliqué le co-fondateur de Wistiki, Bruno Lussato, accompagné par un conseiller référent start-up de la banque depuis deux ans.

Enfin, la banque de la Défense évoque sa présence dans l'écosystème parisien auprès de plusieurs incubateurs. Pourtant, elle n’est pas la première à se lancer dans ce domaine. BNP Paribas a déjà lancé une offre d’accompagnement des start-up en finançant deux incubateurs WAI et en affirmant sa volonté de contribuer à leur développement grâce à des conseillers spécialisés innovation et des prêts spécifiques. De même du côté de BPCE, qui a lancé en mars dernier le «Start-up Pass».

A lire aussi