Les banques russes sont déstabilisées par des rumeurs de faillite

le 17/08/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La Banque de Russie a convoqué l’auteur d’une note jetant le doute sur la solvabilité de quatre des plus grosses banques privées du pays.

La banque centrale de Russie - Photo : Bloomberg

Il n’a laissé personne indifférent. Dans une note citée hier par le quotidien Vedomosti, Sergei Gavrilov, conseiller en investissement du gestionnaire d’actifs russe Alfa Capital, a écrit que les banques privées Bank Otkritie FC, B&N Bank, Credit Bank of Moscow et Promsvyazbank, quatre des quinze plus gros prêteurs du pays en termes d’actifs, pourraient être mises en liquidation par la Banque de Russie dès cet automne. Leurs obligations subordonnées pourraient alors perdre de 40% à 60% de leur valeur. Hier, les obligations perpétuelles subordonnées en dollars de Credit Bank of Moscow ont atteint un plus bas depuis leur placement en avril, tandis que les obligations en dollars de Promsvyazbank se sont échangées à leur plus bas depuis avril 2016. Les obligations en roubles d’Otkritie et B&N ont également reculé, avec des volumes d’échanges plus de six fois au-dessus de la moyenne sur trois mois.

Les régulateurs n’ont pas tardé à se pencher sur l’affaire. Sergei Gavrilov a été convoqué par la banque centrale russe, a prévenu Alfa Capital. Le service fédéral anti-monopole russe (le FAS) a dit avoir demandé des informations à Alfa Capital pour déterminer si l’entreprise avait violé des lois antitrust. «Les affirmations d’Alfa Capital […] semblent être soit des déclarations irresponsables et déraisonnables d’analystes, soit une tentative de pratique commerciale trompeuse», a réagi B&N. Alfa-Bank JSC, une division de la maison mère d’Alfa Capital, a écrit que le rapport était «l’opinion personnelle d’un gérant qui ne correspond pas à la réalité» et qu’elle continuait de travailler avec les quatre groupes mentionnés.

En campagne contre les maillons faibles du système financier, la Banque de Russie a fermé un établissement sur trois depuis 2014. Mais l’élagage n’a pas visé de banques aussi grosses que celles nommées par Alfa Capital – Otkritie et Promsvyazbank sont considérées comme systémiques.  

Toutefois, des professionnels de marché ont récemment partagé leurs inquiétudes sur la stabilité du secteur. En juillet, la banque centrale a mis en liquidation le quinzième collecteur de dépôts de particuliers, Jugra Bank (la trentième banque russe par les actifs). Puis l’agence russe de notation ACRA a qualifié de spéculatifs les fonds de pension d’Otkritie. Le 2 août, le premier sous-gouverneur de la banque centrale, Dmitry Tulin, s’est efforcé de rassurer les marchés en disant qu’il ne voyait pas de prêteur systémique perdre sa licence dans un futur proche. 

Sur le même sujet

A lire aussi