BNP Paribas tire profit de sa sortie progressive de First Hawaiian Bank

le 02/02/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque française a cédé, pour 800 millions de dollars, 17,9% du capital de sa filiale hawaïenne, introduite sur le Nasdaq l’été dernier.

BNP Paribas tire profit de sa sortie progressive de First Hawaiian Bank
BNP Paribas voit sa participation dans First Hawaiian Bank ramenée à 62%.
(Photo DR.)

Le choix d’une cession au fil de l’eau se révèle payant pour BNP Paribas. La banque a annoncé hier la vente de 17,9% d’actions supplémentaires de First Hawaiian Bank au prix de 32 dollars par action, pour un montant d’environ 800 millions de dollars. En août dernier, l’introduction en Bourse de sa filiale hawaïenne lui avait permis de se délester de 15,4% du capital pour seulement 23 dollars par action, soit un gain de 435 millions de dollars, puis de 2% supplémentaires après exercice de l’option de surallocation.

L’opération dévoilée hier prévoit également une poche de surallocation. Si elle est activée par les banques chargées du placement (Goldman Sachs, Bank of America et JPMorgan), BNP Paribas pourrait au total céder 20,6% de ses titres. La banque française verrait ainsi sa participation dans First Hawaiian ramenée à 62%, avec un engagement de conservation des titres pendant 90 jours.

Cette première vente de bloc sur le marché secondaire «pourrait avoir un impact positif de près de 10 points de base (pb) sur le ratio CET1 du groupe» au 31 mars, estime BNP Paribas. L’opération primaire avait déjà permis d’améliorer «plus ou moins 5 pb» son ratio de fonds propres durs, qui atteignait 11,4% à fin septembre. L'objectif minimum visé monte à 12% pour mi-2017. Au bout du compte, BNP Paribas espère améliorer son CET1 de 40 pb grâce à son retrait progressif de First Hawaiian.

La banque de la rue d’Antin avait annoncé l’été dernier vouloir réduire sa participation tout au long de 2016 et 2017, voire «un peu au-delà» en fonction des conditions de marché. First Hawaiian offre peu de synergies avec Bank of the West, son autre réseau de détail américain, à l’heure où les grandes banques étrangères subissent de nouvelles contraintes réglementaires aux Etats-Unis, avec l’obligation de disposer d’une intermediate holding company pour y loger leur actifs locaux.

Plus sélectif dans l’utilisation de ses fonds propres, le groupe français a aussi récemment allégé sa participation dans son partenaire sud-coréen Shinshan, dont le cours de Bourse avait gagné 20% en un an. La cession de 1,85% du capital début janvier lui a rapporté environ 300 millions d’euros.

BNP Paribas présentera ses résultats 2016 le 7 février, puis son nouveau plan stratégique le 20 mars prochain.

Sur le même sujet

A lire aussi