Le Crédit Agricole compte dénouer ses liens avec CNP Assurances

le 09/03/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Le plan stratégique 2020 prévoit la fin de l'accord d'assurance emprunteur qui lie CNP Assurances aux caisses régionales.

Le Crédit Agricole a présenté mercredi un nouveau plan stratégique à horizon 2020 à la fois prudent et ambitieux. La banque verte va ainsi miser sur une augmentation de 1 milliard d’euros des synergies entre ses métiers pour assurer une croissance annuelle de ses revenus supérieure à 1,5%.

L'assurance emprunteur y contribuera: la banque verte compte internaliser les contrats groupe d’assurance emprunteur des caisses régionales aujourd'hui confiés pour partie à CNP. Dans un communiqué séparé, l'assureur précise qu'il négocie les conditions de cette évolution avec le Crédit Agricole, et que la contribution moyenne de ce partenariat à son résultat brut d'exploitation récurrent a été de 30 millions d'euros lors des trois dernières années. «Cette contribution pourrait ainsi décroître progressivement à partir de 2018», précise CNP Assurances.

Grâce à un plan d’efficacité opérationnelle chez Crédit Agricole SA (CASA) de 900 millions d’euros, qui abaissera le coefficient d’exploitation sous les 60%, le résultat net de l’ensemble du groupe devrait dépasser les 7,2 milliards d’euros d’ici 2020. Soit une augmentation d’environ 20% par rapport aux 6 milliards d’euros de l’an dernier.

Malgré l’engagement de verser 50% de son résultat en numéraire dès l’exercice 2016, les efforts de rationalisation du Crédit Agricole lui permettront d’assurer un plan d’investissement de 7,7 milliards d’euros. Près de 5 milliards seront consacrés au développement des métiers et à la transformation digitale des caisses régionales.

Le groupe entend enfin conserver sa marge de manœuvre par rapport aux exigences de solvabilité réglementaire. Alors que la mise en application de la simplification capitalistique annoncée le 17 février a permis à CASA d’atteindre son ratio cible de 11% avec un an d’avance, le groupe va limiter l’inflation des actifs pondérés de son véhicule coté à 2,3%.

Sur le même sujet

A lire aussi